MAP Rwanda: les listes des candidats à la Présidentielle et aux législatives dévoilées ATOP Le plan de développement communal de la municipalité de kpélé 2 validé ATOP Assoli : tabaski / des sachets de viande distribue à 1260 démunis AIP Un nouveau corridor logistique Europe-Afrique bientôt ouvert pour offrir des opportunités commerciales aux entreprises ivoiriennes AIP La MUGEF-CI et les directeurs des établissements publics hospitaliers s’accordent pour une meilleure prise en charge des mutualistes ANP Niamey : Le lendemain de la fête de Tabaski ou jour du partage et de solidarité entre les musulmans MAP L’UA condamne fermement les attaques de civils par les ADF à Béni et Lubéro dans la Province du Nord Kivu en RDC APS Les Sénégalais invités à maintenir les villes et les campagnes propres APS L’ambassadeur du Maroc au Sénégal salue le message de paix du chef de l’Etat APS Le Président Bassirou Diomaye Faye se réjouit du climat de paix et de concorde

Guinée équatoriale/Marburg: 7 morts confirmées, 20 « probables » (OMS)


  24 Mars      53        Santé (15498),

 

Malabo (Guinée équatoriale), 23/03/2023 – Le bilan de l’épidémie de maladie à virus de Marburg qui sévit depuis plus de deux mois en Guinée équatoriale s’établit provisoirement à sept morts confirmées ainsi que 20 « probablement » provoquées par cette fièvre hémorragique, a annoncé, jeudi, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

L’Agence onusienne s’alarme, dans un communiqué, d’une potentielle « épidémie à grande échelle » de ce virus « cousin d’Ebola » et presque aussi meurtrier, pouvant affecter notamment le Gabon et le Cameroun voisins de cet Etat d’Afrique centrale.

Les cas recensés de virus Marburg ont débordé de la province de Kié-Ntem où elle avait provoqué les premiers décès connus le 7 janvier, jusqu’à toucher Bata, selon Malabo, la capitale économique du pays.

Depuis le début de l’épidémie, « il y a eu au total neuf cas (de virus Marburg) confirmés en laboratoire et 20 cas probables. Sur les neuf cas confirmés en laboratoire, sept personnes sont décédées, et tous les cas probables sont décédés », précisait, mercredi, un rapport de l’OMS sur son site internet.

Pour les 20 cas probables, les personnes présentaient toutes les symptômes caractéristiques de la maladie et avaient été en contact avec des cas confirmés, mais les prélèvements n’ont pas pu être faits sur les corps ou n’ont pu être traités, explique un responsable de l’OMS.

Cette expansion hors du Kié-Ntem « laisse supposer une transmission plus large du virus » et nécessite d' »intensifier les efforts de riposte afin (…) d’éviter une épidémie à grande échelle et des pertes en vies humaines », prévient l’OMS, notant que les provinces touchées « ont toutes des frontières avec le Cameroun et le Gabon ».

L’épidémie sévit donc désormais dans trois des quatre provinces continentales, de l’est jusqu’à l’océan Atlantique. Bata, le port ouvrant sur le golfe de Guinée et peuplé d’environ 250.000 habitants, est « touché », selon le gouvernement.

« Des experts supplémentaires de l’OMS (…) seront déployés dans les prochains jours », promet l’organisation onusienne ajoutant qu’elle « aide également la Gabon et le Cameroun à renforcer la préparation et la riposte à l’épidémie ».

La Tanzanie a également annoncé mardi le début d’une épidémie de Marburg, avec cinq morts.

L’Ouganda, frontalier de la Tanzanie, a dans la foulée demandé aux responsables sanitaires de renforcer leur vigilance le long de la frontière.

La dernière épidémie du virus de Marburg en Ouganda remonte à 2017.

Ce virus se transmet à l’homme par les chauves-souris frugivores et se propage dans l’espèce humaine par contact direct avec les fluides corporels des personnes infectées, ou avec les surfaces et les matériaux. Le taux de létalité peut atteindre 88%.

Il n’existe aucun vaccin ou traitement antiviral approuvé pour traiter le virus. Cependant, les soins de soutien – réhydratation par voie orale ou intraveineuse – et le traitement des symptômes spécifiques augmentent les chances de survie.

Une série de traitements potentiels, y compris des produits sanguins, des thérapies immunitaires et des médicaments, ainsi que des vaccins candidats avec des données de phase 1 sont en cours d’évaluation, selon l’OMS.

Dans la même catégorie