GNA 5,200 new infections of HIV recorded in children 0-14 – NACP GNA Saglemi Housing: AG to file witness statements, disclosures in six weeks AGP Boké/économie: L’ONG AUDIG lance le Projet « Contrôle démocratique et renforcement de la Transparence budgétaire » GNA Upper East HSWU ready to join nationwide strike action GNA TMA must complete office project for decentralized departments-Former MCE GNA Health Services Workers’ Union declares nationwide strike action GNA Prosper Patu rejected again as Akatsi North DCE nominee GNA Former President Taylor files suit in ECOWAS Court over non-payment of Pension Benefits ANP Une délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU, en mission au Niger, effectue une série de visites à Niamey GNA President Akufo-Addo to approve Ghana’s updated interim NDCs

Guinée : La sage-femme Marie Condé revient sur les grandes lignes de la concertation de l’ONSFMG avec le CNRD


  25 Septembre      29        Economie (13492),

   

Conakry, 25 sept (AGP) – La présidente de l’Ordre National des Sages-Femmes et des Maïeuticiens de Guinée (ONSFMG), Marie Condé, a accordé un entretien vendredi, 24 septembre 2021, à notre rédaction, pour rappeler des grandes lignes de l’échange des représentants de sa structure avec les autorités du Comité National du Redressement pour le Développement (CNRD) qui a eu lieu mardi 21 septembre 2021.

Selon la sage-femme Marie Condé, dans une profession donnée, l’ordre est un outil qui permet à un département à assoir les bases solides de développement. C’est le garant de la réglementation.

« A la rencontre, nous avons fait un diagnostic de la situation de base de ce que nous vivons, les maux dont nous souffrons sur le terrain. Parce que techniquement, c’est la sage-femme qui est chargée de garantir la vie d’une femme et de son enfant à la naissance.

Actuellement malgré qu’il y ait des progrès, on est confronté à un grand problème de décès maternels et néonatals. Selon la dernière enquête Démographique de la Santé (EDS) faite en 2018, nous sommes encore à un taux très élevé, 550 femmes sur 100.000 naissances meurent à l’accouchement. Les experts ont démontré que cela fait 08 femmes qui meurent chaque jour en Guinée en donnant naissance. Ce sont les cas de de morts qu’on pouvait éviter et sauver des vies s’il y a vraiment des mères expertes comme les sages-femmes.

A l’issue de ça, nous avons dit aux nouvelles autorités du pays, de mettre en place un processus de recrutement des sages-femmes, surtout dans les coins les plus éloignés où il y a des grands problèmes. Chercher à motiver les sages-femmes qui vont dans les localités éloignées, en les donnant le minimum pour travailler.

Nous avons aussi demandé la garantie de la retraite des sages-femmes, de donner les moyens et l’accompagnement institutionnel de l’ONSFMG pour qu’il joue son rôle, celui d’aider les sages-femmes, la communauté pour la qualité des soins et à l’Etat pour garantir la règlementation. Nous avons également dénoncé la mise en place dans le désordre des cliniques non appropriées, où certaines femmes trouvent la mort », a-t-elle indiqué.

Madame Marie Condé a fait comprendre que le président Colonel Mamady Doumbouya, a demandé aux sages-femmes et aux maïeuticiens d’être unis, pour réussir à résoudre les problèmes auxquels la corporation est confrontée. Mais aussi, à se débarrasser des anciennes méthodes comme la désinformation.

Dans la même catégorie