APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

HLF sur l’IA: Regards croisés sur les défis de l’intelligence artificielle et le développement en Afrique


  3 Juin      4        Technologie (1104),

 

Rabat, 03/06/2024 (MAP) – Des experts et diplomates étrangers se sont penchés, lundi, sur l’apport et les défis de l’intelligence artificielle (IA) dans la promotion du développement en Afrique, lors du 1er forum africain de haut niveau sur l’IA, dont les travaux se sont ouverts lundi au campus de l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) à Rabat.

Les échanges et discussions tenus dans le cadre de cette rencontre, organisée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et en partenariat avec l’UNESCO, sous le thème « L’intelligence artificielle comme levier de développement en Afrique », ont porté sur les dernières avancées et stratégies en matière d’IA au Maroc et dans le reste de l’Afrique avec un accent particulier notamment sur les éventuelles transformations des vies personnelles et professionnelles.

À cet égard, ils ont souligné l’importance d’améliorer la gouvernance de l’IA, à même de lancer des initiatives de renforcement des capacités pour divers groupes et faciliter les collaborations entre les centres d’IA africains et mondiaux.

Dans ce contexte, le directeur général de la mondialisation, de la culture, de l’éducation et du développement international (France), Aurélien Lechevallier, a fait savoir que l’IA est une révolution qui offre des opportunités prometteuses, mais porteuse d’énormes défis notamment en termes de sécurité et de contrôle, d’où, la nécessité de trouver « un bon équilibre ».

S’agissant de l’accès à l’IA, M. Lechevallier a fait état d' »un creusement des inégalités en la matière entre les pays développés et les pays d’Afrique », notant que l’accès à l’IA en Afrique coûte en moyenne 31 fois plus cher qu’aux États-Unis, alors que les jeunes filles ne représentent que 35% par rapport aux garçons en termes d’accès aux services numériques.

Ces inégalités, a-t-il enchaîné, doivent être rattrapées à l’aide de la promotion de la coopération internationale, formant le vœu que le Maroc et la France soient très actifs prochainement et œuvrent de concert en vue de donner corps à cette coopération, notamment dans le domaine de la formation, de l’éducation et de la recherche.

Le délégué permanent du Koweït auprès de l’UNESCO, l’ambassadeur Adam Al-Mulla, a indiqué, de son côté, que cet événement s’inscrit dans la foulée des consultations régionales relatives à la recommandation sur l’éthique de l’intelligence artificielle; qui a été adoptée par les membres de l’UNESCO en 2021, laquelle nécessite une véritable mise en œuvre à travers une feuille de route bien définie.

« Le Royaume du Maroc ne cesse de déployer de grands efforts pour l’Afrique à même de réduire la fracture numérique et technologique en faveur des populations africaines », a-t-il dit dans une déclaration à la MAP, tout en appréciant le rôle positif du Royaume quant à sa contribution dans la promotion de de l’IA en Afrique et dans le monde.

Dans la même catégorie