AIP « Il faut que les lignes bougent », lance Nassénéba Touré aux femmes du district du Goh-Djiboua ANP La Secrétaire générale Adjointe des Nations Unies sera au Niger du 24 au 25 juillet ACI Congo/Justice: Six cadres de la santé présentés à la justice pour détournement de fonds à Dolisie MAP Monrovia : Participation du Maroc à la RHN des ministres des Affaires étrangères, des Finances et de la Défense de l’UFM MAP L’intégration continentale et régionale, une nécessité pour les pays africains (Lourenço) ANP Inauguration d’infrastructures, Journée « portes ouvertes » et port de toge à l’Université de Tahoua MAP L’Afrique du Sud se dote, enfin, d’une loi sur le changement climatique ANP Métiers de Pétrole : La SONIDEP offre des bourses d’études aux nouveaux bacheliers du Niger APS SENEGAL-SANTE-AFRIQUE / Un nouveau rapport souligne ”l’urgence d’intensifier les services de lutte contre le Vih” APS SENEGAL-HIVERNAGE-PREVISIONS / Orages et pluies sur la quasi-totalité du pays, à partir de mardi (Anacim)

Houet : Le ministre Sorgho se rassure du démarrage des travaux de la RN7


  20 Mars      52        Politique (26038),

 

Bobo-Dioulasso, (AIB)-Le ministre des Infrastructures et du désenclavement, Adama Luc Sorgho, a effectué une visite de terrain le vendredi 17 mars 2023, pour se rassurer du démarrage de la réhabilitation de l’axe Bobo-Dioulasso-Orodara et de prendre le degré de dégradation de l’axe Bobo-Dioulasso-Banfora.

Fortement dégradée, la route Bobo-Dioulasso-Orodara, longue de 76 kilomètres (km), sera réhabilitée dans 18 mois.

Le gouvernement de transition, à travers le Fonds spécial routier du Burkina (FSR-B), a décaissé plus de 12 milliards F CFA pour ces travaux confiés au groupement SOGEDIM BTP/SOBATRAP.

Pour galvaniser et se rassurer du démarrage des travaux, le ministre des Infrastructures et du Désenclavement, Adama Luc Sorgho, a effectué une sortie sur le chantier, le vendredi 17 mars 2023.

« Par cette sortie sur la RN7, nous avons pu constater l’effectivité du démarrage des travaux. L’entreprise est à la phase des points d’attente et du nettoyage. Un début qui nous rassure », a déclaré le ministre Sorgho.

Selon le responsable de la mission de contrôle ACIT/TRENGINEERING/GIE, Jean-Marie Toé, les travaux à réaliser sur cet axe, sont principalement le recyclage de la couche de base existante « de façon partielle » sur environ 26 km, le renforcement par la litho-stabilisation, le traitement des nids de poule, et le revêtement en béton bitumineux semi-graineux.

« Le trafic est très important sur cette route. Par jours, nous avons un trafic de 366 poids lourds. Mais lorsqu’on applique le coefficient d’agressivité de la route qui est de 2,32, on se retrouve avec près de 800 poids lourds par jour », a clarifié M. Toé.

Il a ajouté que les travaux ne sont donc pas adaptés au regard du flux du trafic sur cette route communautaire qui reçoit plus de 350 camions poids lourds au quotidien.

C’est pourquoi la mission de contrôle et le ministre ont convenu d’une revue de l’étude pour évaluer les travaux les mieux adaptés.

« Des études réalisées par AGETIB en 2018 pour cette route, prévoyaient le renforcement pour la remettre aux standards des routes communautaires de l’UEMOA. Ces travaux devraient consister à mettre en place une couche de fondation en recyclant l’actuel couche de base améliorée au ciment sur 23 cm avec une couche de base en grave bitume et couche en béton bitumineux à module élevé », a expliqué Jean-Marie Toé.

Après Bobo-Dioulasso-Orodara, la mission conduite par le ministre Sorgho, a mis le cap sur l’axe Bobo-Dioulasso-Banfora, long de 85 km.

Le ministre a indiqué que le gouvernement et des partenaires sont en pourparlers pour acquérir le financement de sa réhabilitation.

« Nous avons constaté des dégradations sur cette route et nous sommes en discussion avec certains bailleurs de fonds, notamment la BID, la BAD et la Banque mondiale qui ont manifesté leur intérêt au financement de ce tronçon », a fait savoir Adama Luc Sorgho.

Outre les deux axes principaux, le ministre et sa délégation ont aussi fait le tour de la ville de Banfora pour se rassurer de la résistance de la voirie urbaine réalisée à l’occasion des festivités du 11-décembre 2020.

Le Directeur régional des infrastructures et du désenclavement des Cascades, Karim Traoré, a expliqué qu’après trois années, la voirie urbaine de la cité du Paysan noir résiste au temps.

En marge de cette visite, le ministre a échangé avec le personnel de la direction régionale des Cascades de son département.

« Depuis deux ans nous n’avons pas eu de marché d’entretien courant des routes dans la région et cela a beaucoup joué sur leur état », a dit Karim Traoré.

Le ministre Sorgho a fait savoir que les directions régionales seront désormais responsables des travaux d’entretien courant des routes.

« Bientôt, le personnel de la direction régionale des Cascades sera à la tâche pour offrir des chaussées de qualité aux usagers », a-t-il indiqué.

Dans la même catégorie