ANP Sommet de la CBLT: retour du Président Bazoum d’Abuja ATOP Un panel sur le nouvel ordre économique clôture l’édition 2022 de Africa financial industry summit ATOP AFIS 2022 : le rapport sur le financement du commerce en Afrique de l’ouest présenté à la presse ATOP Finance africaine : les participants à AFIS 2022 recommandent une transformation du secteur financier ATOP Promotion de l’agroécologie en Afrique de l’ouest : des acteurs réfléchissent sur la mise en place d’un cadre national de concertation MAP ROJALNU-ODD/Afrique: La 2eme conférence annuelle des présidents du 1er au 3 décembre à Lomé MAP Afrique du Sud : L’assassin de la figure anti-apartheid Chris Hani poignardé en prison MAP Première cargaison d’engrais russes pour l’Afrique en direction du Malawi: L’ONU se félicite MAP Guterres à Addis Abeba pour la 6è conférence annuelle UA-ONU MAP Tenue du 16ème Sommet de la Commission du bassin du lac Tchad à Abuja

IBRAHIMA DIOUF PRÉSENTE SON PREMIER ROMAN ‘’RÉSILIENCE’’


  14 Septembre      149        Livres (294),

   

Dakar, 14 sept (APS) – L’expert en suivi et évaluation des projets et programmes, Ibrahima Diouf, a présenté samedi au public son premier roman, ‘’Résilience’’, dans lequel il mène une réflexion philosophique sur les questions existentielles à travers des sujets brûlants de l’actualité.

« J’ai essayé de poser mon regard sur le présent pour en tirer une réflexion qui doit nous permettre de se remettre en cause pour mieux préparer le futur à travers des questions existentielles, pratiques et courantes », a-t-il dit, lors de la cérémonie de dédicace de cet ouvrage.

Né à Diakhao dans la région de Fatick, Ibrahima Diouf s’est caché derrière Hamad, le personnage principal de ce roman de 157 pages, paru chez la maison d’édition ‘’Pour les jeunes’’, pour laisser paraître sa liberté de ton et son engagement à se battre pour ‘’vaincre le signe indien’’.

Dans cette perspective, l’auteur a beaucoup insisté sur « la nécessité de travailler sur l’amélioration de la qualité du service dans l’administration et des équipements de nos infrastructures hospitalières si nous voulons vraiment développer notre pays ».

’’Dieu à créé tous les humains à son image. Il leur a donc gratifié de la capacité à surmonter l’adversité, la maladie, toutes les autres formes d’aléas, la volonté de réaliser de grands chantiers et d’inspirer d’autres êtres humains éventuellement’’, a-t-il écrit à la page 15 de son roman.

Le doyen Moussa Ndiaye, professeur de littérature à la retraite, a, de son côté, essayé de montrer que le personnage principal du livre, Hamad, a permis à l’auteur de ’’faire passer son message, de partager sa vision sur les questions existentielles de la vie contemporaine’’.

’’Car même s’il relate des événements historiques dans le livre, il essaie de les rapprocher aux problématiques du monde contemporain pour pousser le lecteur à se départir de certaines certitudes pour faire bouger les lignes’’, a expliqué Ndiaye, chargé de modérer les débats.

Il a ‘’vivement’’ recommandé ’’aux amoureux’’ de la lecture de se procurer ce roman, dont il estime qu’on aura ’’obligatoirement l’impression d’être dans une sorte d’auto-interpellation à la fin de sa lecture’’.

’’C’est un ensemble de rappels, des catalogues du réel, des vécus d’un personnage qui nous invite à repenser notre système à travers son besoin pressant de changer certaines approches de notre système de santé et de sécurité sans perdre de vue sa passion, le sport », dit-il.

Dans la même catégorie