GNA NADMO Officials tour communities affected by floods in Ashanti GNA Social Welfare Girl’s Vocational Centre appeals for support to renovate burnt dormitory Inforpress Ministro garante que estátua de Ildo Lobo será erguida em Pedra de Lume com a retoma do turismo Inforpress Cabo Verde perto de atingir 80% da população com primeira dose da vacina contra a covid-19 Inforpress Procurador-Geral da República espera para breve a instalação do Campus da Justiça Inforpress Ministério da Saúde promove ateliê de capacitação em reanimação fetal e actualização do Partograma Inforpress Cabo Verde deve continuar atento às dinâmicas de cooperação para o desenvolvimento –conferencista Inforpress Cidade da Praia: Cantora Marta Hugon apresenta o seu quinto álbum intitulado “Coração na Boca” AIP Le président de la Guinée Bissau attendu mercredi à Conakry AGP Gabon/La sécurité aérienne: GSEZ Airport s’engage à réduire le taux d’accidents

Insécurité : Le Sénat exhorte le Gouvernement à trouver des solutions


  4 Septembre      43        Politique (19073),

   

Libreville, 04 Septembre (AGP) – Profitant de l’ouverture de la deuxième session ordinaire du Sénat pour l’année en cours, le président cette institution, Lucie Milébou Aubusson ép. Mboussou a appelé le gouvernement gabonais à trouver des solutions pour venir à bout de l’insécurité galopante dans le pays.

Le président du Sénat a lancé cet appel au regard non seulement de la croissance de l’insécurité, mais également de ses conséquences marquées par des pertes en vies humaines.

«J’exhorte donc, le Gouvernement, à trouver là aussi des solutions idoines pour renforcer la sécurité dans notre pays, et surtout dans notre capitale», a-t-elle dit, avant de rappeler que «nous assistons(…) à une montée inquiétante des agressions mortelles, en particulier à Libreville, et touchant principalement les femmes avec une cruauté ignoble. Il n’y a point de transaction possible entre le crime et le droit».

Toujours dans l’aspect relatif aux pertes en humaines enregistrées dans le pays, Lucie Milébou Aubusson ép. Mboussou a demandé au gouvernement de résoudre les problèmes de la récurrence des accidents de circulation.

«Nous voulons vous faire partager notre inquiétude, devant les tragédies qui endeuillent plusieurs familles, notamment les accidents de la voie publique, qui sont de plus en plus fréquents sur la route nationale. Aussi, nous invitons le Gouvernement à renforcer les mesures préventives nécessaires, pour une circulation sécurisée», a-t-elle déclaré.

En outre, le Sénat par la voix de son président n’a pas manqué d’interpeller le gouvernement sur les difficultés rencontrées par plusieurs fonctionnaires absents de leur poste de travail pour des raisons de longue maladie, mais qui n’arrivent pas à percevoir leurs bons caisses.

«Nous avons été interpellés par de nombreux agents publics qui, pour des raisons de longue maladie, ne sont pas à leur poste de travail, et par conséquent, ont vu leurs salaires suspendus. Le vide législatif de la prévoyance sociale des fonctionnaires ne prévoit pas de pension d’invalidité, comme pour leurs collègues du secteur privé. Il est juste qu’ils soient privés des émoluments s’ils ne travaillent pas, mais l’alternative est la pension d’invalidité, que je vous demande d’examiner avec bienveillance; la nouvelle caisse des fonctionnaires est toute désignée, je pense, à faire des propositions concrètes», a-t-elle indiqué.

Aussi, dans le cadre des élections législatives et locales à venir, le président de la Haute chambre du parlement a invité les acteurs politiques à la responsabilité, au respect entre adversaires politiques lors du déroulement de la campagne, dans l’intérêt de préserver la cohésion nationale et la paix.

«N’oublions pas que les élections n’effacent pas les problèmes, comme disait l’ancien Sénateur et Premier ministre, Jean Pierre Raffarin. Nous sommes appelés à nous retrouver, à nous regarder, donc cultivons tous ensemble pendant cette période la tolérance de l’autre, parce que nous sommes filles et fils d’un même pays», a-t-elle indiqué.

«Le premier défi qui se présente à nous, est l’organisation d’un scrutin complexe, une double élection, la première dans notre pays, et dont les résultats conduiront à un vivre ensemble apaisé, parce qu’ils doivent être incontestés et acceptés par tous les acteurs politiques qui y prendront part.

Ces élections seront auscultées, analysées, observées par la Communauté internationale. Prenons donc le pari et exprimons tous, le souhait, de voir triompher la vérité des urnes, qui doit s’imposer à tous, et que malgré l’âpreté de nos discours contradictoires, la nation sorte rehaussée par un comportement digne et exemplaire, de tous ses enfants, qui devront garder en mémoire la notion de  »Gabon d’Abord », que les pères fondateurs de notre patrie ont magnifié», a-t-elle poursuivi.

«La politique ne se résume pas au choix d’un candidat aux élections, c’est une manière de vivre. C’est donc une invitation, à une campagne décomplexée que je formule, à une expression libre et de totale responsabilité. Néanmoins, gardons-nous, par nos propos, de ne pas semer les graines de la discorde :  »le droit de vote, ce n’est pas l’expression d’une humeur, c’est une décision à l’égard de son pays, à l’égard de ses enfants »», a-t-elle conclu.

Cette deuxième session va s’achever à la fin du mois de décembre et sera essentiellement consacrée à l’examen et adoption de la loi des finances 2019.

Dans la même catégorie