ABP Gouvernance : Les horaires de travail passent désormais de 7 heures à 20 heures à l’Etat civil de la mairie de Djougou dès ce lundi ABP MEDIAS : Le 20ème anniversaire de la radio Solidarité Fm de Djougou célébré avec faste ABP MEDIAS : Les maires de Djougou et de Copargo offrent du matériel technique à la radio solidarité Fm de Djougou GNA Boxing promoter slams referee Bertin GNA  »Super Body » National Championship slated for November 16 APS Sadio Mane incertain pour la rencontre de mardi face au Soudan (médias) APS Diamniado : Macky Sall inaugure un centre de formation dédié à la mécanique et aux engins motorisés GNA Akwapims hail Bgbin’s brilliant speech at Odwira festival GNA Driver alleged to defiling three year old, granted bail GNA Father jailed 10 years for impregnating daughter

Interception d’un Boeing d’Air Algérie par un mirage 2000 de l’armée française pour défaut de signalement au contrôle aérien


  11 Janvier      61        Evénements (2475), Photos (19406), Securité (4490),

   

Paris, 11/01/2018 (MAP) – Un Mirage 2000 de l’armée de l’air française a intercepté, mardi, au large de Marseille (sud-est) un Boeing 737 d’Air Algérie qui ne répondait pas au contrôle aérien, a annoncé jeudi le ministère français des armées.

«Au large de Marseille, un Boeing 737 assurant la liaison commerciale entre Constantine et Lyon-Saint-Exupéry a cessé de répondre au contrôle aérien français, alimentant le doute sur les intentions de l’équipage», indique un communiqué du ministère, précisant que la haute autorité de défense aérienne (HADA), qui est responsable de la protection du ciel français, a dès lors ordonné le décollage d’un Mirage 2000 pour l’interception de l’appareil qui se trouvait à une altitude de 32.000 pieds à la verticale de la ville d’Orange (dans le Rhône).

«L’appareil avait repris contact avec les contrôleurs civils de Marseille quelques minutes plus tôt, mais la mesure de police du ciel a été maintenue sur ordre de la HADA pour vérification des éléments de vol», a souligné le ministère sur son site internet.

«Lors de cette intervention, des interrogations radio ont été réalisées par des contrôleurs militaires français. L’équipage du Mirage 2000 a pu s’assurer que le comportement douteux n’avait pas d’autre origine qu’un manquement à l’obligation de l’équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel», a expliqué la même source.

Dans la même catégorie