AIP Côte d’Ivoire/ La construction de la quatrième école primaire de Bobi (Séguéla) bientôt achevée AIP Côte d’Ivoire/ La CIE offre des vivres et non vivres à un orphelinat de Bouaké AIP Côte d’Ivoire/ Un prêtre tué dans un braquage sur l’axe Abengourou-Agnibilékrou MAP Les provinces du Sud du Maroc connaissent un développement exponentiel (directeur de think tank vietnamien) AIB Simon Compaoré conseille Sidwaya de fidéliser son lectorat AIB Location d’un bâtiment à 4 millions FCFA pour son ministère : Simon Compaoré dément à nouveau AIP Côte d’Ivoire/ La Drenetfp de Korhogo à l’heure de examens blancs régionaux AIP Côte d’Ivoire/ Deux quartiers de Tiassalé bientôt connectés au réseau électrique AIP Interview/ Jean-Marie Somet (DG de Côte d’Ivoire Tourisme) : «Le SITA, la Côte d’Ivoire y gagne énormément » ANP Huit (8) personnes tuées par des bandits armés dans trois villages de la Région de Tillabéry (Presse)

Interception d’un Boeing d’Air Algérie par un mirage 2000 de l’armée française pour défaut de signalement au contrôle aérien


  11 Janvier      33        Evénements (2168), Photos (17469), Securité (4056),

   

Paris, 11/01/2018 (MAP) – Un Mirage 2000 de l’armée de l’air française a intercepté, mardi, au large de Marseille (sud-est) un Boeing 737 d’Air Algérie qui ne répondait pas au contrôle aérien, a annoncé jeudi le ministère français des armées.

«Au large de Marseille, un Boeing 737 assurant la liaison commerciale entre Constantine et Lyon-Saint-Exupéry a cessé de répondre au contrôle aérien français, alimentant le doute sur les intentions de l’équipage», indique un communiqué du ministère, précisant que la haute autorité de défense aérienne (HADA), qui est responsable de la protection du ciel français, a dès lors ordonné le décollage d’un Mirage 2000 pour l’interception de l’appareil qui se trouvait à une altitude de 32.000 pieds à la verticale de la ville d’Orange (dans le Rhône).

«L’appareil avait repris contact avec les contrôleurs civils de Marseille quelques minutes plus tôt, mais la mesure de police du ciel a été maintenue sur ordre de la HADA pour vérification des éléments de vol», a souligné le ministère sur son site internet.

«Lors de cette intervention, des interrogations radio ont été réalisées par des contrôleurs militaires français. L’équipage du Mirage 2000 a pu s’assurer que le comportement douteux n’avait pas d’autre origine qu’un manquement à l’obligation de l’équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel», a expliqué la même source.

Dans la même catégorie