MAP 2è Sommet de Dakar: Les infrastructures « constituent le socle, le nœud gordien des problématiques du développement en Afrique » (Moussa Faki) MAP Tour International du Cyclisme de Mauritanie (2è étape): Domination marocaine sans partage MAP Pénurie de billets au Nigeria: La Banque centrale annonce la distribution des nouveaux billets MAP Rwanda: les résultats du 5ème recensement bientôt annoncés MAP Assassinat d’un journaliste: Plusieurs arrestations au Cameroun APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental

Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : la séroprévalence est stable au Niger (Médecin)


  1 Décembre      5        Santé (14165),

   

Niamey, 1er Déc. (ANP)- A l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de la lutte contre le VIH-Sida, édition 2022, sous le thème, ‘’l’égalité maintenant’’, Dr Oumarou Seydou soutient que ‘’la séroprévalence est stable au Niger’’ dans une interview qu’il a accordée à la voix du Sahel ce jeudi 1er Décembre 2022.

Dans son intervention, Dr Oumarou Seydou a déclaré que, ‘’cette année le thème choisi est l’égalité maintenant, lutter contre les inégalités de tout genre, que ça soit les inégalités des droits humains et c’est vraiment pour que les personnes qui vivent avec le VIH Sida aient les mêmes droits, que ça soit en termes d’accès au service de santé’’.

‘’Les inégalités liées aux genres hommes/femmes, les inégalités liées à l’orientation sexuelle comme vous le savez, et dans le cadre de la lutte contre le VIH SIDA, y’a ceux qu’on appelle la population clé parmi lesquelles nous avons des professionnels de sexe et aussi des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes, c’est pourquoi ils sont victimes de discrimination’’ a-t-il fait savoir.

Pour Dr Oumarou Seydou, ‘’la particularité du Niger par rapport à la pandémie du VIH, c’est que nous avons une épidémie du type concentré, la cellule prévalence est faible au sein de la population générale, 0.4% dans la population âgée de 15 à 49 ans, selon les dernières enquêtes, mais vous avez à côté des groupes que j’ai appelés population clé qui ont des cellules de prévalence très élevées. C’est notamment des personnes de sexe qui va à peu près de 10%, exactement 9.6%, c’est pour ça qu’on l’appelle l’épidémie concentrée’’.

Selon toujours le Docteur, ‘’si on voit la cellule de prévalence au plan national, on dit qu’elle est faible, mais des populations clé et très élevées, d’où l’intérêt de focaliser le bouchon double pour atteindre ces groupes là et c’est là-bas que l’épidémie peut surgir et se propager vite’’.

‘’Le taux de transmission au Niger est stable, mais je pense qu’on peut mieux faire parce que nous avons encore des taux très élevés de transmission’’ a ajouté le Dr Oumarou Seydou.

Pour ce qui est du volet prise en charge, c’est le traitement des personnes Séropositives avec les médicaments qu’on appelle communément anti rétroviraux, a poursuivi Dr Seydou qui a précisé que ‘’la prise en charge a beaucoup évolué et actuellement nous avons près de 140 sites ou centres de santé qui dispensent ce traitement, sans compter d’autres de la PTME qui sont beaucoup nombreux et à ce jour, selon les dernières données, nous avons plus de 24000 personnes sous traitement au Niger, plus de 1400 enfants parmi les 24000 répartis sur tout le territoire national’’.

Dans la même catégorie