MAP Le Maroc remporte le Championnat d’Afrique de beach-volley et se qualifie pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 MAP Rwanda: un mort dans une bousculade en marge d’un meeting électoral de Paul Kagame Niger : Une attaque fait un mort, un blessé grave et des otages dans le Nord (Intérieur) MAP Le CPS de l’UA insiste sur l’enregistrement des réfugiés afin d’améliorer la prise de décision sur leur situation et l’efficacité des actions humanitaires en Afrique ACI Congo/Musique: Sortie du single « Bu diama ntangu » de Ladis Arcade Mboungui ANP Début des examens du CFEPD Session 2024 : Plus de 400.000 candidats en lice ANP Le secteur des ONG et Associations de Développement a mobilisé plus de 150 milliards F CFA en 2023 au Niger (Ministre) AIP Des magistrats instruits sur la déontologie de la magistrature AIP Le vice-président de la CNPC-CI initie des consultations des promoteurs immobiliers pour redynamiser le secteur ANP Tahoua : 73.120 candidats affrontent les épreuves écrites du CFEPD session 2024

Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : la séroprévalence est stable au Niger (Médecin)


  1 Décembre      53        Santé (15521),

 

Niamey, 1er Déc. (ANP)- A l’occasion de la célébration de la Journée Mondiale de la lutte contre le VIH-Sida, édition 2022, sous le thème, ‘’l’égalité maintenant’’, Dr Oumarou Seydou soutient que ‘’la séroprévalence est stable au Niger’’ dans une interview qu’il a accordée à la voix du Sahel ce jeudi 1er Décembre 2022.

Dans son intervention, Dr Oumarou Seydou a déclaré que, ‘’cette année le thème choisi est l’égalité maintenant, lutter contre les inégalités de tout genre, que ça soit les inégalités des droits humains et c’est vraiment pour que les personnes qui vivent avec le VIH Sida aient les mêmes droits, que ça soit en termes d’accès au service de santé’’.

‘’Les inégalités liées aux genres hommes/femmes, les inégalités liées à l’orientation sexuelle comme vous le savez, et dans le cadre de la lutte contre le VIH SIDA, y’a ceux qu’on appelle la population clé parmi lesquelles nous avons des professionnels de sexe et aussi des hommes qui ont des rapports sexuels avec d’autres hommes, c’est pourquoi ils sont victimes de discrimination’’ a-t-il fait savoir.

Pour Dr Oumarou Seydou, ‘’la particularité du Niger par rapport à la pandémie du VIH, c’est que nous avons une épidémie du type concentré, la cellule prévalence est faible au sein de la population générale, 0.4% dans la population âgée de 15 à 49 ans, selon les dernières enquêtes, mais vous avez à côté des groupes que j’ai appelés population clé qui ont des cellules de prévalence très élevées. C’est notamment des personnes de sexe qui va à peu près de 10%, exactement 9.6%, c’est pour ça qu’on l’appelle l’épidémie concentrée’’.

Selon toujours le Docteur, ‘’si on voit la cellule de prévalence au plan national, on dit qu’elle est faible, mais des populations clé et très élevées, d’où l’intérêt de focaliser le bouchon double pour atteindre ces groupes là et c’est là-bas que l’épidémie peut surgir et se propager vite’’.

‘’Le taux de transmission au Niger est stable, mais je pense qu’on peut mieux faire parce que nous avons encore des taux très élevés de transmission’’ a ajouté le Dr Oumarou Seydou.

Pour ce qui est du volet prise en charge, c’est le traitement des personnes Séropositives avec les médicaments qu’on appelle communément anti rétroviraux, a poursuivi Dr Seydou qui a précisé que ‘’la prise en charge a beaucoup évolué et actuellement nous avons près de 140 sites ou centres de santé qui dispensent ce traitement, sans compter d’autres de la PTME qui sont beaucoup nombreux et à ce jour, selon les dernières données, nous avons plus de 24000 personnes sous traitement au Niger, plus de 1400 enfants parmi les 24000 répartis sur tout le territoire national’’.

Dans la même catégorie