MAP Quatre tueurs à gages abattus lors d’une fusillade à Durban (police) MAP Renforcement de la coopération entre le Sénégal et les États-Unis APS SENEGAL-DROGUES /40,3 Kg de cocaïne saisis à l’AIBD (Douanes) APS L’Afrique représente plus de la moitié des urgences sanitaires dans le monde (OMS) APS Louga : lancement d’une opération de plantation de 5000 arbres MAP Classement FIFA: Le Maroc au 14è rang mondial MAP Sénégal: Saisie de 40,3 Kg de cocaïne à l’aéroport de Dakar (Douanes) MAP Algérie : Amnesty déplore « la répression » exercée par les autorités contre  »la dissidence pacifique » MAP Les athlètes marocains participant aux JO commencent à affluer vers Paris MAP Guinée: Les autorités nient les arrestations de militants et demandent des enquêtes sur leur « enlèvement » présumé (communiqué)

Kenya: ouverture du procès du chef de la « secte de Shakahola »


  8 Juillet      3        Monde (2279),

 

Nairobi, 08/07/2024 (MAP) – Le procès du prêtre autoproclamé impliqué dans la mort de plus de 400 de ses adeptes dans l’est du Kenya s’est ouvert lundi dans un tribunal de Mombasa.

Chef de la « secte de Shakahola, » en référence à la forêt où ont été retrouvés les corps des victimes, Paul Mackenzie aurait prêché à ses fidèles d’observer un jeûne extrême afin de mourir et « rencontre le Christ ».

Détenu depuis le 14 avril aux côtés de 29 coaccusés, il est poursuivi notamment pour « terrorisme », après la mort de 436 personnes selon un dernier bilan établi début juin.

Ils sont également poursuivis pour meurtre, homicide involontaire, enlèvement, torture d’enfants et cruauté dans des dossiers séparés.

Depuis le déclenchement de l’affaire, la forêt de Shakahola s’est transformée en une gigantesque scène de crime, où les équipes de sécurité ont exhumé les centaines de corps, appartenant en grande partie aux membres de la secte, et dont les autopsies ont révélé qu’ils étaient pour la plupart morts de faim.

Selon le ministère de l’Intérieur, le pasteur autoproclamé a eu également recours à des bandes criminelles pour tuer certains de ses partisans « qui ont mis trop de temps pour mourir ou ont renoncé au jeûne ».

Certaines victimes, dont des enfants, ont été étranglées, battues ou étouffées, selon les autopsies qui ont montré que des corps avaient des organes manquants.

Dans la même catégorie