GNA Ghana ranks medium-low in involvement of women in water resources management GNA Youth in export trainees receive inputs from GEPA, Partners GNA NCCE town hall participants endorsed peace campaign GNA Report: WHO investigators seeking Covid-19 origin going back to China GNA La Palma volcano’s lava flow suddenly stops after eight-day eruption GNA Earthquake strikes port city on Greek island of Crete GNA PSG can set early Champions League marker in City rematch AIP Côte d’Ivoire-AIP/ CEDEAO: Vers la mise en oeuvre d’une stratégie régionale de lutte contre les zoonoses AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Vers l’uniformisation des contenus des enseignements des SIE AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Les critères de sélection des SIE ne visent pas à sanctionner (MENA)

Kérouané : Poursuite des audiences publiques au tribunal de première instance


  15 Juillet      21        Justice (1288), Société (35892),

   

Kérouané, 15 juil. (AGP)-Après les affaires criminelles la semaine dernière, le tribunal a enchainé avec les auditions des présumés auteurs des cas des violentes manifestations suite à l’interdiction des prières nocturnes dans les mosquées pendant les dix derniers jours du mois de Ramadan..

Cinq présumés manifestants dont l’âge varie entre 20 et 22 ans ont comparu mardi, 13 juillet 2021, devant le tribunal. Il s’agit de Youssouf CAMARA, Mohamed Diallo, Kalil Sanoh, Mohamed éconducteur de taxi moto et Amara Kourouma alias Matoto électricien.

Pendant l’interrogatoire, Mohamed Traoré a vite reconnu sa participation à la manifestation alors que les quatre autres ont nié en bloc. Sur ces faits, le ministère public dans son réquisitoire a demandé au tribunal un an d’emprisonnement assorti de sursis et au paiement de deux millions de francs guinéens contre les sieurs Youssouf Camara, Mohamed Diallo, Kalil Sanoh Amara Kourouma alias Matoto et Mohamed Traore.

Face à une auto-défense totalement impuissante des accusés, le président du tribunal de première instance de Kérouané Layeba Fofana a requis pour chacun des prévenus un an d’emprisonnement avec sursis et au paiement d’un million de francs guinéens.

Par ailleurs, un mandat d’arrêt a été lancé contre les 14 (quatorze) autres actuellement en cavale.

A rappeler que ces manifestations dans la nuit du 5 mai dernier avaient entraîné la mort d’un jeune adolescent parmi les civils et deux blessés dans les rangs des forces de maintien d’ordre.

Dans la même catégorie