GNA Four arrested over attacks on motorists APS A PODOR, MACKY SALL VANTE LE PROGRAMME DE RÉALISATION D’INFRASTRUCTURES APS LES RÉFORMES SONT NÉCESSAIRES POUR RÉPONDRE AUX BESOINS DES CITOYENS (MINISTRE) APS LE SUTELEC DÉPLORE LA ‘’NON IMPLICATION’’ DES PARTENAIRES SOCIAUX À L’ÉLABORATION DU CODE DE L’ÉLECTRICITÉ APS VERS UNE AUGMENTATION DES EMBLAVAGES POUR ATTEINDRE L’AUTOSUFFISANCE EN RIZ GNA GIPC urged to package investment prospects in Ahafo Region AIP Le retour du président Gbagbo doit être un moment de paix pour Gagnoa, selon le président de la FPU GNA Trader jailed eight years for child stealing AIP Investiture du président du COSIM : Le Président Alassane Ouattara exhorte à la promotion d’un islam d’amour AIP Côte d’Ivoire : Le projet de production intensive de maïs hybrides lancé à Bondoukou

La 2ème édition du Festival du cinéma du Lôh-Djiboua sensibilise sur l’immigration clandestine


  14 Février      54        Cinéma (185), Société (33034),

   

Divo, 14 fév (AIP) – L’Agence de production audiovisuelle (ADPAV) organise, depuis mercredi, ce jusqu’à samedi, la 2ème édition du Festival du cinéma du Lôh-Djiboua (FESCILOD), à Divo et dans d’autres localités de la région, avec pour thème « L’immigration clandestine : enjeu et perspectives ».

« A partir de Divo, beaucoup de jeunes, partis en aventure, sont morts. Hors Divo est une ville culturelle. Nous ne voulons pas laisser mourir la culture et nous ne voulons pas non plus laisser partir nos jeunes pour aller mourir dans la méditerranée », a déclaré le Commissaire général du festival, Elie Oko, réalisateur.

Il a soutenu que c’est la raison pour laquelle l’ADPAV a décidé de se servir de la culture, notamment du cinéma pour sensibiliser et également offrir du travail aux jeunes, en les formant au cinéma et en organisant ce festival.

Le film fiction, coréalisé par Elie Oko et Adou Yam’s, avec des acteurs ivoiriens, est intitulé « Candidat à l’immigration clandestine ». Projeté gratuitement, il est le seul film au programme de ce festival, dans les localités de Divo, Guitry, Hiré et Lakota, du mercredi au samedi, de 17H à 20H. La projection est à chaque fois suivie d’échanges avec la population.

Les organisateurs du festival expliquent avoir peu de moyen et sollicitent le soutien des autorités locales, notamment la mairie et le conseil régional, afin de les soutenir à donner une envergure plus importante à cet événement, qui selon eux, pourrait devenir un rendez-vous incontournable dans l’agenda culturel de la région du Lôh-Djiboua et de la Côte d’Ivoire.

Dans la même catégorie