APS SENEGAL-ECONOMIE-LEGISLATIONS / Des journalistes sensibilisés sur les mécanismes alternatifs de règlement des litiges économiques et financiers AIB Burkina : 2024, une année d’espoir pour la reconquête totale du territoire. MAP Sénégal: démantèlement de nombreux sites d’orpaillage dans l’Est du pays MAP Présidentielle au Sénégal: la date du 2 juin a été proposée après examen de toutes les contraintes (ministre de l’Intérieur) MAP Nairobi: Participation active du groupe OCP à l’ANUE-6 MAP Afrique du Sud: trois morts dans une fusillade à Johannesburg (police) MAP Burkina : 2024, une année d’espoir pour la reconquête totale du territoire (ministre) MAP Soudan: La Mission onusienne achève son retrait MAP Le président nigérian inaugure la deuxième ligne du train urbain de Lagos MAP Sénégal: création d’un front commun pour la tenue de la présidentielle avant le 2 avril

La BAD révise à la baisse ses prévisions économiques pour l’Afrique dans un contexte de chocs mondiaux persistants


  29 Novembre      43        Economie (20569),

 

Abidjan, 29/11/2023 (MAP)- La Banque africaine de développement a annoncé avoir révisé à la baisse ses prévisions macroéconomiques à court et moyen terme pour l’Afrique, pour les années 2023 et 2024.

L’institution table désormais sur 3,4 % cette année et 3,8 % l’an prochain, contre 4% et 4,3 % précédemment anticipés.

Ces prévisions légèrement inférieures, fait savoir mercredi un communiqué de la BAD, s’expliquent par les effets persistants et à long terme de la pandémie de Covid-19, des tensions et conflits géopolitiques, des chocs climatiques, un ralentissement économique mondial, ainsi que la marge de manœuvre budgétaire limitée, dont disposent les gouvernements africains pour répondre de manière adéquate aux chocs et soutenir les gains de la reprise économique après la crise sanitaire.

Ces données actualisées ont été publiées dans la mise à jour du rapport sur les «Performances et perspectives macroéconomiques de l’Afrique 2023» (MEO), qui fait suite au rapport «Perspectives économiques 2023 en Afrique» du Groupe de la Banque, publiées en mai dernier.

«L’environnement économique mondial difficile et les multiples chocs continuent de façonner la performance macroéconomique de l’Afrique. Les pressions inflationnistes persistantes menacent d’anéantir tous les gains macroéconomiques réalisés depuis l’atténuation des risques de pandémie, tandis que la dépréciation continue des monnaies nationales dans de nombreux pays a exacerbé le coût du service de la dette», a déclaré Kevin Urama, économiste en chef et vice-président du Groupe de la BAD, cité dans le communiqué.

Il a ajouté que face aux chocs régionaux et mondiaux, la Banque reste déterminée à aider les pays africains à mieux relever ces défis et à remettre la croissance économique sur les rails.

A court terme, la mise à jour du MEO exhorte les pays africains à continuer de mettre en œuvre des politiques monétaires restrictives pour contenir l’inflation. Cela devrait être soutenu par des politiques budgétaires qui favorisent la diversification économique et éliminent les contraintes liées à l’offre.

A moyen et long terme, le rapport appelle les gouvernements à intensifier les investissements efficaces dans le capital humain et les infrastructures physiques afin de stimuler la productivité, de relancer la croissance économique et de créer des opportunités pour un développement plus inclusif et durable.

Dans la même catégorie