APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

La CJRS plaide pour le vote de la loi sur l’accès à l’information


  4 Mars      40        Médias (2952),

 

Kaolack, 4 mars (APS) – Le président de la Convention des jeunes reporters du Sénégal (CJRS), Migui Marame Ndiaye, a plaidé, samedi, à Kaolack (centre) pour l’adoption de la loi sur l’accès à l’information pour, dit-il,  »garantir un meilleur suivi et une bonne évaluation des politiques publiques ».

‘’’Cette loi sur l’accès à l’information est un document important pour la presse sénégalaise, mais son adoption a tardé », a t-il déploré

‘’Cette loi va nous permettre d’avoir les informations nécessaires, car on ne peut pas parler de liberté d’expression et de la liberté d’informer sans pour autant avoir accès à l’information, surtout les informations qui concernent le gouvernement et l’Etat du Sénégal de manière générale », a-t-il souligné.

Ndiaye s’exprimait lors d’un atelier de partage du contenu du projet de loi relatif à l’accès à l’information, organisé par la CJRS en collaboration avec la Fondation Friedrich Ebert. La rencontre a regroupé les journalistes de la zone centre (Kaolack, Kaffrine, Diourbel et Fatick).

Le journaliste, dans sa mission de tous les jours, a t-il relevé, doit contribuer à la lutte contre la corruption, ajoutant qu’au-delà du contrôle des politiques publiques, ‘’cette loi permettra d’asseoir une presse libre et crédible qui s’adosse avant tout sur des informations accessibles et fiables ».

Le Sénégal est considéré comme ‘’une vitrine » de la démocratie en Afrique, mais il fait partie des pays qui ne disposent pas d’une loi sur l’accès à l’information alors que d’autres, en Afrique, comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Gambie ont déjà adopté cette législation.

‘’Aujourd’hui, même si les journalistes travaillent de façon globale, sans contrainte sur des sujets sensibles, il n’en demeure pas moins que l’investigation n’est pas ancrée dans nos rédactions, en raison notamment de l’accès difficile, voire impossible à certaines informations importantes et indispensables », a déclaré le président de la CJRS.

Il a lancé un appel aux organisations de la société civile dont le Forum civil et Article 19 pour qu’elles invitent le gouvernement à faire voter cette loi.

La rencontre de Kaolack qui a vu la participation du président de la commission nationale de la carte de presse, Daouda Mine, était une occasion pour les acteurs des médias de faire des propositions pour faciliter le travail des journalistes.

Elle a été marquée par le renouvellement du bureau de la zone centre de la convention des jeunes reporters du Sénégal

Dans la même catégorie