MAP SM le Roi adresse un discours à la Nation à l’occasion du 22ème anniversaire de la Fête du Trône (Texte intégral) GNA Sandema Hospital holds staff durbar GNA COVID-19; Group commends Health Minister’s efforts in fighting the pandemic AGP COVID-19: Don’t deny non-masked patients health care-Medical Officer AGP Kindia-Examen du CEE: 12554 candidats dont 5683 filles répartis dans 42 centres AGP Matam-Examen du CEE : 5.835 candidats dont 3122 filles répartis dans 13 centres AGP Gueckédou-Administration : Passation de service entre les sous-préfets sortant et entrant de Koundou Léngo Bèngou AGP Mamou-Education : 14 458 candidats à l’examen de fin d’étude élémentaire  dont 7 012 filles dans la région AGP Boké-Education : 12.620 candidats dont 5.749 filles au compte du CEE AGP Matoto-Education : Lancement des épreuves de l’Examen d’entrée en 7eme année session 2021

La contribution active du Maroc aux opérations de maintien de la paix en Afrique mise en exergue lors d’une conférence à Rabat


  18 Juin      182        Photos (4359), Securité (2069),

   

Rabat, 18/06/2018 (MAP) – Les participants à une rencontre organisée, lundi à Rabat, dans le cadre de la 2ème édition de la conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique (APSACO), ont souligné la contribution active du Maroc aux opérations de maintien de la paix en Afrique et à l’action humanitaire dans le continent.

Ainsi, l’ancien chef de mission militaire de la délégation française auprès des Nations unies à New York, le général Dominique Trinquand, a affirmé que la contribution du Maroc à la gestion des crises en Afrique est « très importante » pour ce pays qui répond continuellement à l’appel de la communauté internationale chaque fois que la paix et la sécurité sont à rétablir dans le continent africain.

« Le Maroc déploie son professionnalisme et apporte une plus-value très nette aux différentes contributions de ses contingents déployés depuis de nombreuses années dans le continent et à travers le monde », s’est félicité M. Trinquand, relevant que « L’Union africaine a besoin de pays, comme le Maroc, qui sont capables à la fois d’investir pour le développement de ces pays, mais également de participer aux opérations de maintien de la paix en vue d’apporter la paix, la sécurité et la prospérité aux pays africains ».

Le général français a indiqué que son pays se réjouit de la coopération avec la Maroc au sein de ces opérations de maintien de la paix, saluant l’abnégation et le sacrifice des soldats marocains au service de la paix et de la sécurité internationales dans le cadre de ces missions menées sous l’égide des Nations Unies.

Pour sa part, Rachid El Houdaigui, Professeur à l’Université Abdelmalek Essaadi-Tanger, a mis en avant l’intérêt accordé par le Royaume aux opérations de maintien de la paix en Afrique dans le cadre de sa politique étrangère, à travers notamment sa participation depuis la crise congolaise en 1960 à une dizaine d’opérations, sous l’égide de l’ONU et de l’OTAN, faisant ainsi du Royaume « un important contributeur ».

M. El Houdaigui a également relevé les contraintes qui entravent le déploiement de ces missions, citant notamment la menace terroriste, le crime organisée et la faiblesse capacitaire tant aux niveaux des ressources humaines que logistique, notant que ces opérations aboutissent lorsqu’elles visent à soutenir une solution politique.

De son côté, l’ancien ministre des Affaires étrangères du Tchad et chef de la Mission multidimensionnelle de stabilisation intégrée des Nations unies au Mali (Minusma), Mahamat Saleh Annadif, a indiqué que la question de la paix est « globale, et concerne l’ensemble des Etats bien que la majorité des conflits où sont déployés les forces de maintien de la paix se déroulent en Afrique ».

M. Saleh Annadif a souligné qu’une évolution positive a été constatée depuis 2002, après le lancement officiel de l’Union africaine et le passage de l’OUA à l’UA, faisant remarque que « depuis, les consultations sont régulières et marquées par la tenue de réunions périodiques continues entre le conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine et le conseil de sécurité des Nations Unies.

Il a considéré que le développement d’une coopération reste tributaire de la reconnaissance des sacrifices consentis par les troupes africaines sur les terrains de conflits et dépendra de l’équipement et de la formation adaptés en leur faveur et qui sont nécessaires à la préservation et la protection des droits des civils.

Organisée par le Think Tank marocain OCP Policy Center les 18 et 19 juin, cette conférence se penchera sur de nombreuses questions liées à l’évolution des opérations de maintien de paix sur le terrain depuis le processus de réformes entamé par l’ONU ces dernières décennies, les leçons à tirer de ces expériences et les moyens permettant aux pays de l’Union africaine d’accéder à l’autonomie en matière de gestion du maintien de la paix sur le continent.

Elle jettera aussi la lumière sur toutes les questions relatives à une meilleure compréhension des enjeux de ces opérations, à leur gouvernance, à la protection des populations vulnérables ainsi qu’à l’implication de la société civile dans ces missions.

LN-SZ/COUV

Dans la même catégorie