MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

La mutualisation des forces armées recommandée aux pays africains pour sécuriser leurs frontières


  3 Juillet      8        Securité (3136),

 

Kinshasa, 03 juillet 2024 (ACP).- La mutualisation des forces armées a été recommandée aux pays africains pour la sécurisation de leurs frontières communes, par les participants au premier colloque international organisé par l’Ecole de guerre de Kinshasa (EGK), du 1er au 2 juillet.

«Étant donné que les frontières des pays africains sont poreuses, il est tout à fait mieux indiqué de mutualiser les forces armées pour lutter ensemble contre l’insécurité de part et d’autre pour endiguer les groupes rebelles qui menacent la paix sur le continent africain», a indiqué le Pr. Pascal Kapagama, chargé des relations extérieures de l’EGK, lisant le rapport final des recommandations formulées par les participants à cette première édition du colloque international de cette école de guerre sous le thème «Les armées africaines face à la reconfiguration stratégique mondiale de défense et sécurité».

Plusieurs autres recommandations ont été formulées au cours de cette rencontre qui a connu la participation des délégués venus des pays frères et amis tels que le Maroc, le Cameroun, le Gabon, la France, la Belgique et autres, notamment la création d’une industrie militaire à moyen terme en vue d’avoir des armes efficaces produites sur le sol africain; la promotion de la justice distributive; le renforcement de la coopération militaire entre les armées africaines; le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans nos pays, car l’absence de cette autorité est à la base de conflits de tout genre; l’équipement des troupes formées et la continuation de la formation militaire …

Organisé par l’Ecole de guerre de Kinshasa (EGK), ce colloque international a connu la participation des éminents professeurs venus des différentes universités des pays africains tels que la République démocratique du Congo, le Cameroun, le Maroc, le Gabon et autres.

Dans son mot de clôture, le vice-ministre de la Défense nationale, Samy Adubango Awotho, s’est dit satisfait de voir que les intervenants et les participants ont pu démontrer que jamais la reconfiguration stratégique ne peut dépasser le génie africain lorsque ce dernier est engagé et déterminé à trouver des solutions.

«Le colloque international sur le thème: ‘’les armées africaines face à la reconfiguration stratégique mondiale de défense et sécurité’’ a vécu. C’est pour nous tous et pour moi un motif de satisfaction, car les intervenants et les participants ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Les intervenants ont pu démontrer que jamais la reconfiguration stratégique soit-elle ne peut dépasser le génie africain lorsque ce dernier est engagé et déterminé à trouver des solutions (…)», a-t-il souligné, avant de clôturer le colloque en ces termes «Mesdames et messieurs, c’est avec plaisir que je clôture ce colloque que j’ai eu le privilège d’ouvrir au nom du vice-Premier ministre, ministre de la Défense nationale et anciens combattants».

Le Chef d’Etat-major général des Forces armées de la RDC (FARDC), le général d’Armée Tshiwewe Songesha Christian, le commandant de l’Ecole de guerre de Kinshasa (EGK), le général-major Muland Nawej Godefroid ainsi que d’autres autorités civilo-militaires, ont pris part à cette cérémonie de clôture.

Dans la même catégorie