ACI Congo : Plaidoyer pour la réduction échelonnée des importations des produits carnés ACI Congo : Le gouvernement invité à accélérer la validation de la Feuille de route Le ministère de la Salubrité lance la 48e édition de l’opération grand ménage AIP Le conseil municipal adopte le budget 2022 de plus d’un milliard de FCFA de la commune d’Adiaké AIP Lancement de l’évaluation des instituts et centres de recherche de l’enseignement supérieur AIP Plusieurs élèves sensibilisés sur les dangers de l’hypertension artérielle à Abidjan AIB Burkina : le ministre Tamboura invite ses compatriotes à ne pas tomber dans le piège des terroristes (Actualisée) AIB Burkina : La corruption a baissé après l’insurrection mais est remontée faute de sanction (Marius Ibriga) APS DES BILLES EN CRISTAL À LA PLACE DES BULLETINS ET ENVELOPPES DE VOTE, UNE ORIGINALITÉ DU SYSTÈME ÉLECTORAL GAMBIEN AIB Blocus du convoi militaire français: Ousseni Tamboura planche pour une relecture des accords entre le Burkina et la France (Actualisée)

La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passée de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 (PM ivoirien)


  31 Mai      76        Développement durable (370),

   

Abidjan, 31/05/2018 (MAP) – La place de l’Afrique dans le Produit intérieur brut (PIB) mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014, a indiqué, jeudi à Abidjan, le premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

« Les pays africains en général et l’Afrique de l’ouest en particulier, ont entamé une dynamique de croissance forte et soutenue. La place de l’Afrique dans le PIB mondial est passé de 1% en 2001 à plus de 4% en 2014 », a indiqué le chef du gouvernement ivoirien dans un discours d’ouverture lors d’un séminaire régional sur la compétitivité en Afrique de l’ouest.

Organisé par la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI) et le World Economic Forum autour du thème « Compétitivité en Afrique de l’ouest : État des lieux et perspectives », ce conclave, qui réunit notamment le secteur privé, les organisations internationales et la société civile, entend discuter des stratégies à mettre en oeuvre en vue d’améliorer la compétitivité des économies ouest-africaines.

Pour maintenir la dynamique de croissance et offrir plus d’opportunité à la jeunesse, les leaders africains, le secteur privé et les experts en développement sont unanimes sur la nécessité pour les pays africains d’améliorer leur compétitivité, a poursuivi M. Coulibaly, estimant que les gouvernants devraient mettre l’accent sur cinq priorités pour arriver à cette fin.

Au nombre de ces actions qui incombent au pouvoir public, le premier ministre a cité la nécessité de diversifier les économies africaines, la réduction du gap en infrastructures pour renforcer la compétitivité, la mobilisation des ressources, l’éducation des jeunes, notamment des jeunes filles et la mise en place d’un cadre macroéconomique robuste.

Cependant, le chef du gouvernement ivoirien a soutenu que le secteur privé a un grand rôle à jouer pour arriver à la compétitivité, affirmant que les gouvernements ne peuvent pas tout faire.

Dans la même catégorie