MAP La Côte d’Ivoire n’a « aucun problème » avec ses pays voisins (parti au pouvoir) ACI Congo/Unicef: Francine Ntoumi nommée ambassadrice nationale AGP Guinée: Lancement d’une campagne de traitement gratuit des anomalies visuelles financée par le Royaume d’Arabie Saoudite AGP Guinée: 100 OPJ et autres fonctionnaires de justice reçoivent leur habilitation à Forécariah AGP Guinée : Le barreau décide de boycotter les audiences jusqu’au 31 juillet pour protester contre ce qu’il qualifie ‘’d’arrestations et détentions arbitraires’’ ANG Política/Porta-voz da Coligação PAI Terra Ranka considera que não há condições para a realização de eleições no ano em curso ANG Comunicação Social/CNOI qualifica de “incursão odiosa” contra o Presidente da República a nota de protesto do Sindicato dos Jornalistas Angolanos ACI Turquie/Politique: Le diplomate turc réitère la volonté de son pays à défendre la liberté des citoyens APS Le dialogue sera de mise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, selon Moustapha Guirassy AIB Burkina : les jeunes du Nord invités à s’engager sans réserve dans la lutte anti-terroriste.

La présidente du Parlement met l’accent sur l’éducation pour atteindre l’égalité et l’équité entre les sexes


  27 Mars      62        Société (45910),

 

Luanda – La présidente de l’Assemblée nationale, Carolina Cerqueira, a souligné lundi l’engagement en faveur de l’éducation pour changer les mentalités sur le rôle et la place de la femme dans la société, l’éducation pour l’égalité et l’équité entre les sexes.
Carolina Cerqueira, qui s’exprimait à l’ouverture de la conférence sur la violence à l’égard des femmes et les droits humains, a déclaré que l’autonomisation des femmes doit passer par l’intégration du sujet dans les programmes d’enseignement des différents systèmes éducatifs et la promotion d’une approche franche, ouverte et inclusive, entre tous les acteurs sociaux, sur la violence à l’égard des femmes, les avantages de la participation des femmes à la prise de décision et les mécanismes d’inhibition des actes de violence.
Selon la gouvernante, la promotion du dialogue institutionnel et de la collaboration entre les ONG et les institutions de l’État doit être une constante, car les organisations de la société civile sont les yeux et les oreilles du tollé de la société, ce qui permet de trouver des solutions globales plus adaptées aux problèmes locaux qu’elles détectent.
Carolina Cerqueira pointe comme facteurs de risque de violence à l’égard des femmes leur faible niveau d’instruction et, bien qu’elles représentent 52% de la population angolaise, 47% des femmes angolaises n’ont pas eu accès à l’école ou ont un faible niveau d’instruction.
« L’exposition à la violence dans l’enfance, une attitude complaisante face à la violence, l’absence d’une culture du signalement et le manque de préparation des instances policières et judiciaires pour traiter les plaintes sont d’autres facteurs de risque de violence domestique chez nous », a-t-elle affirmé.
Dans le monde d’aujourd’hui, a-t-elle ajouté, une nouvelle forme de violence affecte gravement la vie des femmes et des filles, en raison de phénomènes liés à la crise climatique et aux catastrophes, dont l’impact est dévastateur, en particulier pour les plus vulnérables (enfants et femmes).
Carolina Cerqueira a avancé que ce cadre expose l’augmentation de la pauvreté et des inégalités à l’égard des femmes et des enfants, évidentes dans le manque d’installations de santé et de sécurité, le décrochage scolaire et le faible accès aux services de santé de base, tels que l’eau potable, les vaccins, l’identité, les conseils juridiques, un emploi ou des prêts, se privant d’une protection adéquate et s’exposant au risque de violences sexuelles et de mauvais traitements.
Pour Carolina Cerqueira, les victimes doivent mériter un soutien humanitaire et une aide permanente pour une participation effective à la reconstruction de leur vie et au processus d’inclusion sociale, ce qui signifie garantir aux filles et aux femmes un accès égal à l’information, aux opportunités d’emploi, à la formation, aux prêts et aux ressources financières.
Ces sont des mécanismes d’aide pour atteindre la stabilité et l’intégration communautaire, ainsi que pour aider à résoudre les problèmes de leurs familles, a-t-elle souligné.
En Angola, par initiative législative de l’Assemblée nationale, la loi n° 25/11 a été approuvée sur le régime juridique de la prévention de la violence domestique, de la protection et de l’assistance aux victimes.
Le nouveau Code pénal a ainsi aggravé les peines pour les crimes de violence domestique.

Dans la même catégorie