GNA SEND Ghana commends government for paying two-cycle LEAP grants to beneficiaries GNA Technology is key for attaining AU Agenda 2063 – Prof Alabi GNA ‘Hemp offers solution to Ghana’s environmental woes’ GNA Chief fisherman calls for transformation of Kpone Landing Beach APS PROJECTION D’UN FILM DES ACTUALITÉS SÉNÉGALAISES SUR LE PREMIER FESTIVAL MONDIAL DES ARTS NÈGRES, CE VENDREDI APS « TOUS LES SÉNÉGALAIS DOIVENT BÉNÉFICIER DES FRUITS DE LA CROISSANCE » (MACKY SALL) AGP Gabon : Fin de la première phase du forum du PSD sur la provincialisation GNA Engage TUTAG on review of expired condition of service GNA Clerk of Ga Presbytery joins the Green Ghana Project GNA SSNIT paid more than 3.3 billion last year to members

LA VOIX DE SALOUM DIENG RESTERA INEXTINGUIBLE (ABDOU LATIF COULIBALY)


  5 Mars      45        Arts & Cultures (1641), Musique (285),

   

Dakar, 4 fév (APS) – Le ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a rendu hommage à l’artiste chanteur, Saloum Dieng, décédé dimanche à l’âge de 80 ans à Ndoffane, dans la région de Kaolack (centre), évoquant notamment une voix qui  »restera inextinguible ».

 »En présentant mes condoléances émues à toute sa famille, biologique et culturelle, je voudrais saluer la mémoire de cette figure marquante des années 1960 dont les airs ont résisté au temps et qui, de ce fait, restera une voix inextinguible », a souligné Coulibaly dans une déclaration transmise lundi à l’APS.

Le défunt inhumé dimanche à Ndoffane, est présenté comme le précurseur du  »Ngoyan », genre musical s’appuyant notamment sur le khalam (instrument traditionnel), des rythmes de calebasses et des compositions vocales inspirées souvent de réalités locales. Il s’agit pour ses adeptes de vanter les mérites d’une personne ou d’un groupe.

 »Porte étendard du +Ngoyan+ dans tout le pays et précurseur d’un genre perpétué par la troupe de +Médina Sabakh+ sous la baguette de la diva Bassi Dieng et du xalam de Sacou Dieng, Saloum Dieng, ce virtuose entré vivant dans la légende, est assurément l’un des précurseurs de la musique mbalax », a ainsi commenté le ministre de la Culture.

 »Avec cette nouvelle la musique sénégalaise perd l’une de ses icônes qui a marqué son époque et dont l’œuvre gigantesque a inspiré beaucoup d’artistes qui n’ont pas résisté à l’envie irrépressible de se l’approprier », a-t-il ajouté.

Qui ne se souvient à cet égard de son titre emblématique +Amoul geer, amoul guewel+ (peu importe que l’on soit noble ou griot), une ode à l’amour, immortalisé par plusieurs interprètes ?, s’est-il interrogé.

Natif de Diao Bambali dans le département de Kaffrine où il a fait ses humanités, l’artiste s’est par la suite établi à Medina Sabah dans le département de Nioro où vit une partie de sa famille.

Il avait de son vivant, notamment dans les années 70, effectué des tournées nationales et internationales. Chevalier de l’ordre du mérite en 2002, il est l’auteur de plusieurs tubes rendus célèbres par des musiciens de renom comme Pape Diouf ou Youssou Ndour.

AKS

Dans la même catégorie