AIP La digitalisation de l’affectation des élèves en seconde expliquée aux populations du Moronou ANP Niger : 8.158 candidats affrontent les épreuves pratiques de l’examen du certificat de qualification professionnelle, session 2022 ACP Le Président Félix Tshisekedi lance les travaux de désenclavement du quartier camp Luka à Ngaliem APS A KAFFRINE, L’ETAT APPUIE DES ÉLEVEURS DONT LES BÊTES ONT ÉTÉ INTOXIQUÉES APS LAURENCE GAVRON SUR UN PROJET DE FILM CONSACRÉ À ALIOUNE DIOP, FONDATEUR DE PRÉSENCE AFRICAINE AIP Côte d’Ivoire/Gaou productions promeut la cohésion sociale à San Pedro à travers un cross populaire GNA Akatsi South MCE assists schools with furniture GNA Local production is solution to Ghana’s inflationary pressures AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Lycée municipal de Sikensi doté d’une bibliothèque AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le maire de Tengrela offre une « grande nuit du rire » à ses populations

L’ACMT RENFORCE LES CAPACITES DES LEADERS RELIGIEUX A DAPAONG


  10 Janvier      53        Religion (922), Société (38872),

   

Dapaong, 10 janv. (ATOP) – L’Association des Cadres Musulmans au Togo (ACMT) renforce les capacités de 50 leaders religieux de la préfecture de Tône sur l’extrémisme violent, du 10 au 15 janvier à Dapaong.
Cet atelier de formation s’inscrit dans le cadre du projet « Engager les leaders religieux dans la prévention de l’extrémisme violent dans la région des Savanes (préfectures de Tône et Cinkassé) ». Ce projet a bénéficié de l’appui financier de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) à travers le Programme régional d’appui aux pays côtiers (PRAPC).
L’objectif de la formation est de contribuer à une meilleure implication des leaders religieux dans la prévention de l’extrémisme violent au Togo. Il s’agit de promouvoir un dialogue positif soutenu entre les leaders religieux et favoriser leur appropriation de la question de la prévention de l’extrémisme violent. Il est aussi question de prévenir ce phénomène qui déstabilise le tissu social et le vivre ensemble au sein des communautés.
Durant la rencontre, les participants seront outillés à travers plusieurs modules, notamment le radicalisme religieux, la menace actuelle de l’extrémisme violent et ses manifestations, la vulnérabilité des leaders religieux qui pourraient être exploitées au niveau communautaire par les groupes extrémistes. Ils seront également entretenus sur leurs rôles et responsabilités dans la prévention de ce fléau ainsi que le rôle de la famille dans l’éducation des enfants.
En ouvrant les travaux, le secrétaire général de la préfecture de Tône, Esso Pirénéwè a félicité le chef de l’Etat et son gouvernement qui, soucieux de la sécurité et de la paix au Togo a toujours développé des stratégies en vue de prévenir le risque de l’extrémisme violent au Togo. Pour lui, « en exécutant ce projet sur l’extrémisme violent facteur du terrorisme, l’ACMT fait montre d’une grande responsabilité sur les questions de sécurité ».
Il a souligné que le rôle des leaders religieux se situe à trois niveaux à savoir : la prévention de l’extrémisme violent, la protection des civils et enfin la réconciliation des peuples. M. Esso Pirénéwè a exhorté les participants à formuler des objectifs précis à atteindre et des actions concrètes à initier en vue de la promotion et la consolidation de la paix et de la sécurité au Togo et dans l’espace CEDEAO.
Le président de l’ACMT, IssifouAbdourafiou a indiqué que « La menace du terrorisme et de l’extrémisme violent en Afrique de l’Ouest et au Sahel est une préoccupation croissante de nombreux acteurs locaux, religieux et internationaux. Les problèmes de longue date liés au développement dans la région, à la dégradation de l’environnement, à la marginalisation politique et sociale, au crime organisé ainsi qu’à la faiblesse de la gouvernance, n’ont pas seulement nui à la stabilité et à la sécurité des citoyens, mais ont également contribué à l’instauration d’un environnement propice à l’extrémisme violent et aux groupes terroristes ». Le président de l’ACMT a expliqué que sa structure veut passer par les leaders religieux pour préserver la paix et prévenir de l’extrémisme violent dans la région des Savanes. Il a invité les participants à une assiduité plus accrue de sorte que les objectifs qui ont été assignés dans le cadre de ce projet soient atteints.
Le chargé de programme régional d’appui au pays côtier PRAPC/USAID, Tadandja Sara a fait savoir que sa structure s’intéresse aux leaders religieux pour l’influence qu’ils ont auprès des communautés et le rôle qu’ils jouent dans la résolution des conflits.
La même formation est prévue du 17 au 22 janvier à l’intention de 50 autres leaders religieux musulmans de la préfecture de Cinkassé dans la région des Savanes. ATOP/BBG/KYA

Dans la même catégorie