MAP Sous l’impulsion Royale, l’Afrique peut se prévaloir d’une « chaîne de savants et oulémas » fédératrice (ex-ministre-conseiller auprès de la Présidence sénégalaise) MAP Afrique du Sud : Alerte à la bombe dans un tribunal (police) AIP REVUE DE PRESSE: La lutte contre le désordre urbain à Abidjan et les préparatifs des festivités du 64e anniversaire de la Côte d’Ivoire en Une AIP « Il faut que les lignes bougent », lance Nassénéba Touré aux femmes du district du Goh-Djiboua ANP La Secrétaire générale Adjointe des Nations Unies sera au Niger du 24 au 25 juillet ACI Congo/Justice: Six cadres de la santé présentés à la justice pour détournement de fonds à Dolisie MAP Monrovia : Participation du Maroc à la RHN des ministres des Affaires étrangères, des Finances et de la Défense de l’UFM MAP L’intégration continentale et régionale, une nécessité pour les pays africains (Lourenço) ANP Inauguration d’infrastructures, Journée « portes ouvertes » et port de toge à l’Université de Tahoua MAP L’Afrique du Sud se dote, enfin, d’une loi sur le changement climatique

L’Afrique doit promouvoir le développement de la la zone de libre-échange continentale (conseillère marocaine)


  10 Mars      43        Politique (26039),

 

Johannesburg, 10/03/2023 -(MAP)- Les pays africains se doivent de promouvoir la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), un marché de plus de 1,3 milliard de consommateurs, a indiqué Hanaa Benkhair, conseillère parlementaire marocaine et membre du Parlement Panafricain (PAP).

Intervenant lors de la réunion, jeudi à Johannesburg, de la Commission du Commerce, des Douanes et de l’Immigration, dans le cadre de la séance des Commissions permanentes de la sixième législature du PAP, Mme Benkhair a déclaré que l’institution législative panafricaine est appelée à suivre le rythme du dynamisme tendant à mettre en œuvre toutes les mesures devant permettre de créer cet espace commercial continental.

«Cela contribuerait à renforcer la dynamique de développement économique et social sur le continent africain et offrirait des opportunités aux citoyens et aux entrepreneurs», a-t-elle dit.

La conseillère parlementaire de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) a, à cet égard, relevé que ce grand chantier assurera, à moyen terme, la création d’un grand nombre d’emplois, sauvera 30 millions de citoyens africains de l’extrême pauvreté et améliorera les revenus de 68 millions de personnes, tout en augmentant la richesse continentale de 450 milliards de dollars.

Dans ce même ordre d’idées, elle a passé en revue certaines des grandes initiatives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur du continent africain, dans le sillage de l’adoption par le Maroc d’une approche privilégiant le développement solidaire et équitable avec les pays africains frères.

Mme Benkhair a ainsi rappelé les efforts consentis par le Royaume pour la construction d’un système continental pour la souveraineté sanitaire, à travers la mise en place de la première usine de fabrication de vaccins et de biotechnologie, la souveraineté alimentaire en développant une stratégie d’investissement dans l’industrie des engrais dans toutes les régions du continent et en partageant les meilleurs pratiques agricoles pour valoriser et renforcer la production agricole en Afrique.

La conseillère marocaine a aussi mis en exergue les initiatives du Maroc dans le domaine de l’énergie, notamment en ce qui concerne le développement des énergies renouvelables dans le Royaume et ses investissements dans ce domaine au niveau continental.

Une délégation du Parlement marocain prend part aux travaux des Commissions permanentes du Parlement Panafricain, qui se tiennent du 06 au 17 mars courant au siège de l’institution législative à Midrand, en Afrique du Sud.

Le Parlement marocain est représenté à ces réunions par trois députés de la Chambre des Représentants et deux Conseillers de la Chambre des Conseillers.

Il s’agit de Laila Dahi du Rassemblement national des indépendants (RNI), Khadija Arouhal du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Abdessamad Haiker du Parti Justice et développement (PJD), Aydi Youssef de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) et Hanaa Benkhair de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM).

Cette nouvelle session du PAP se tient dans le sillage du thème choisi par l’Union africaine (UA) pour l’année 2023 :«Accélérer la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine +Zlecaf+ . L’objectif est d’échanger et d’unifier les visions entre parlementaires africains et d’essayer de proposer des moyens pratiques et efficaces pour permettre à la Zlecaf d’établir un marché unifié des biens et services et d’approfondir l’intégration économique du continent africain.

L’ordre du jour de ces réunions comprend également un ensemble de questions d’actualité qui concernent directement le citoyen africain, notamment les moyens de renforcer le rôle des parlementaires dans l’amélioration des systèmes éducatifs en Afrique, la gouvernance de la migration et de la mobilité de la main-d’œuvre et l’égalité des sexes dans l’espace numérique.

Le parlement panafricain est une Assemblée consultative de l’Union africaine qui regroupe les députés des pays membres de l’Union africaine. Il a été créé en vertu de l’article 5 de l’Acte constitutif de l’UA et installé officiellement dans ses fonctions le 18 mars 2004.

Chaque État membre est représenté au sein du PAP par cinq parlementaires issus de la majorité et l’opposition, dont au moins une femme, élus ou désignés par leurs parlements ou organes législatifs nationaux.

Dans la même catégorie