MAP Eliminatoires Mondial Costa Rica (Dames/U20): le match Bénin-Maroc interrompu en raison des intempéries ANP Présidentielle de février 2021 au Niger : Mahamane Ousmane réclame toujours la victoire. GNA Shai-Osudoku Assembly inaugurates classroom project AIP L’UDPCI planche sur son avenir et la situation sociopolitique nationale AIP Emmanuel Ahoutou prend fonction à la tête du Comité de privatisation AIP Le Trésor booste sa stratégie de mobilisation des recettes non fiscales AGP Guinée/Santé : Les regroupements et manifestations de masse autorisés à partir du lundi 27 septembre 2021 (ANSS) AGP Mamou-Coopération: Les nouvelles autorités de Mamou et celles de Kabala, ouvrent officiellement la frontière Guinéo-Sierra Leonaise AGP Guinée : La sage-femme Marie Condé revient sur les grandes lignes de la concertation de l’ONSFMG avec le CNRD GNA MTN donates GHC 100,000.00 to Otumfuo Education Fund

L’Afrique du Sud déploie 25.000 soldats pour faire face aux violences


  14 Juillet      33        Militaire (445), Securité (2105),

   

Johannesburg, 14/07/2021 -(MAP)- Le nombre de soldats déployés en Afrique du Sud a été porté à 25.000 pour faire face aux violences et aux pillages qui ravagent le pays depuis plusieurs jours, a affirmé mercredi la ministre de la Défense, Nosiviwe Mapisa-Nqakula.

« Suite à la réunion de la Commission parlementaire mixte permanente de la défense avec le président Cyril Ramaphosa, il a été décidé de renforcer la présence militaire dans les provinces du KwaZulu-Natal et de Gauteng, en déployant 25.000 soldats au lieu de 2000 », a déclaré Mme Mapisa-Nqakula.

Notant que la situation s’était dégradée au KwaZulu-Natal, où les manifestations ont débuté, la ministre a signalé que lorsque l’armée a été déployée dans la province, l’objectif était de sécuriser des installations critiques, sans avoir anticipé les attaque qui ont visé les centres commerciaux.

« Nous assistons à des germes d’une contre-révolution et à l’affaiblissement de l’État qui doit affirmer son autorité », a-t-elle déclaré.

Secouée depuis plusieurs jours par une vague de violences inédites, l’Afrique du Sud compte des pertes estimées à des milliards de dollars en raison des pillages qui se poursuivent depuis l’incarcération de l’ex-président Jacob Zuma. La Cour constitutionnelle l’avait condamné, fin juin, à une peine de 15 mois de prison pour outrage à la justice.

De grandes villes comme Johannesburg, Durban et Pietermaritzburg continuent d’être ravagées par des violences et des actes criminels qui ont pris racine dans la province du KwaZulu-Natal, puis se sont étendues vers d’autres régions du pays, notamment Gauteng, considérée comme la province la plus peuplée.

Les tensions se sont exacerbées depuis vendredi dernier avec des centaines de manifestants bloquant les routes nationales et les autoroutes, pillant les magasins et les centres commerciaux, incendiant des camions et des voitures et détruisant les biens publics et privés.

Dans ce contexte de troubles, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a ordonné le déploiement de l’armée, mettant en garde que le pays est confronté à un risque majeur d’insécurité alimentaire et à une pénurie des médicaments à cause des actes de violence et de vandalisme.

Dans la même catégorie