MAP Le Maroc siège dans trois instances de l’Union parlementaire des États membres de l’OCI MAP La Côte d’Ivoire perd 7% de son PIB chaque année du fait des accidents de la circulation (ministre) APS SENEGAL-LITTERATURE-GENRE / “Mauvaise Pente’’, un roman fruit du vécu de son auteure, Aminata Seck MAP Le Burkina renforce les mesures de sécurité face aux risques d’attaques terroristes MAP Le CCG salue l’Initiative Africaine Atlantique de SM le Roi ANP Niger: Malgré l’augmentation du prix du gasoil, celui de l’électricité reste inchangé MAP Kenya: 5 terroristes tués par la police près de la frontière somalienne MAP Grande Corne de l’Afrique: plus de 58 millions de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire APS SENEGAL-CUBA-DIPLOMATIE / Lancement à Dakar des célébrations du 50e anniversaire des relations sénégalo-cubaines APS SENEGAL-JEUNESSE-INFRASTRUCTURES / Diourbel : la maison de la jeunesse sera réceptionnée “dans deux mois” (ministre)

Le Botswana rejette les exigences des pays du G7 sur la certification des diamants


  12 Février      16        Economie (20587),

 

Gaborone, 12/02/2024 -(MAP)- Le gouvernement botswanais a rejeté les appels des superpuissances mondiales demandant au Botswana de modifier sa façon de traiter ses diamants, a indiqué le ministre des Minéraux, de l’Energie et des Ressources en eau, Lefoko Moagi.

Des délégués du Royaume-Uni, du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, des États-Unis d’Amérique et de l’Union européenne s’étaient rendus, la semaine dernière, au Botswana pour appeler à la transparence sur les diamants.

Des représentants du «G7» organisent actuellement des réunions avec les pays producteurs de diamants sur leurs processus, tout en faisant pression pour que la certification soit effectuée à Anvers, en Belgique.

Le Botswana aurait estimé qu’une telle décision saboterait le Processus de Kimberly, un régime commercial multilatéral établi en 2003, dont le Secrétariat réside au Botswana.«Cela portera atteinte au système de certification Kimberly (KCPS) et aura pour conséquences un traitement retardé des diamants et des implications en termes de coûts si les marchandises doivent être acheminées à Anvers plutôt que d’être certifiées en provenance de pays producteurs comme le Botswana», a déclaré M. Moagi.

Le ministre a de même expliqué que compte tenu de l’importance des diamants pour l’économie nationale, «cela constituera une attaque contre la démocratie et même contre notre souveraineté». «L’industrie de transformation des diamants du Botswana est transparente et ne dispose d’aucune échappatoire permettant à des diamants de contrebande de polluer le système», a-t-il assuré.

Le responsable botswanais a indiqué qu’il y aurait une autre série de réunions d’avancement une fois que les membres de la délégation auront fait rapport à leurs directeurs.

Le Botswana est le premier producteur africain de diamants et premier producteur mondial en valeur (4,7 milliards de dollars de valeur en diamants produits en 2022), la seule mine de Karowe produisant chaque année entre 395 000 et 425 000 carats.

Dans la même catégorie