ANP Niamey : Le Nouvel Ambassadeur du Sénégal présente la copie figurée de sa lettre de créance au Chef de la diplomatie nigérienne ANP Niger : La baisse des prix des hydrocarbures effective pour la période du 23 juillet au 31 août 2024 MAP SM le Roi félicite le président égyptien à l’occasion de la commémoration de la Révolution du 23 juillet MAP Ethiopie: au moins 146 morts dans un glissement de terrain dans le sud du pays AIB SND et diplomatie en couverture des journaux burkinabè AIB Yagha : 18 personnes dans le Conseil provincial des personnes âgées (CPPA) AIB Bazèga/ « Bedou magique »: Quatre présumés escrocs aux arrêts à Kayao pour un préjudice de 17 millions de FCFA AIB Nahouri : Les populations de Guelwongo réparent la route principale qui traverse le village AIB Nahouri/Commune de Ziou : Les populations de Toungou réalisent un ouvrage de franchissement de 75 mètres MAP Sous l’impulsion Royale, l’Afrique peut se prévaloir d’une « chaîne de savants et oulémas » fédératrice (ex-ministre-conseiller auprès de la Présidence sénégalaise)

Le Burkina Faso ne veut plus de coopérants militaires français (agence burkinabé)


  2 Mars      32        Monde (2298),

 

Ouagadougou, 02/03/2023 (MAP)- Le gouvernement du Burkina Faso a donné un mois à compter du 28 février 2023 à la France pour rappeler son personnel militaire présent dans les administrations militaires burkinabè, a rapporté l’agence d’information du Burkina (AIB).

Le Burkina Faso a dénoncé mardi, à travers une correspondance adressée à la partie française l’accord d’assistance militaire technique qui le lie depuis le 24 avril 1961 à la République française, ajoute le média, précisant que le Burkina « a invité de ce fait la France à rappeler son personnel militaire d’ici à un mois dans toutes les administrations militaires burkinabè ».

En mi-janvier, le Burkina Faso avait obtenu le rappel de l’ambassadeur de France à Ouagadougou Luc Hallade « jugé non fiable » et acté le départ de la force militaire Sabre, rappelle la même source.

Le porte-parole du gouvernement, Jean Emmanuel Ouédraogon, a déclaré que le Burkina Faso  » compte désormais sur son armée, ses VDP et les partenaires qui veulent bien lui livrer des armes pour mener le combat contre le terrorisme ».

Il avait précisé que la fin de la coopération militaire ne marque pas la fin des relations diplomatique avec la France, souligne l’agence burkinabé.

Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences terroristes apparues au Mali et au Niger quelques années auparavant et qui s’est étendue au-delà de ces frontières.

En sept ans, les violences ont fait plus de 10.000 morts – civils et militaires – selon des ONG, et quelque deux millions de déplacés internes

Dans la même catégorie