AIP Des acteurs de la pêche réfléchissent sur les enjeux socio-économiques des petits pélagiques AIP Le PM Patrick Achi appelle à une administration publique au service du citoyen AGP Réhabilitation de la voirie urbaine de Boké : La Société CDM-CHINE offre 20 tonnes de ciments à la Commission de suivi AGP Siguiri/Société : Deux frères périssent dans une mine d’or à Kolenda AGP Siguiri/Société : Une maison et tout son contenu réduit en cendres dans la commune urbaine ANP Journée mondiale de la lutte contre le VIH-Sida : la séroprévalence est stable au Niger (Médecin) ANP Niger : Le budget 2023 voté à 3.291 milliards de CFA, en hausse de 5,25% AGP Gabon/Gouvernement : Le vice-Premier ministre sur les chantiers de Mayumba AIB Burkina: le gouvernement adopte un projet de loi portant dépolitisation de l’Administration publique et renforcement de la méritocratie. MAP 6è conférence annuelle UA/ONU : « Le monde compte sur l’Afrique, mais l’Afrique n’a pas pu compter sur le monde et cela doit changer » (M. Guterres)

Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement désigné président du Burkina Faso


  6 Octobre      1        Politique (21139),

   

Ouagadougou, 05/10/2022 (MAP)- Le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), le capitaine Ibrahim Traoré, a désormais les pleins pouvoirs de président du Faso, chef suprême des armées, garant de l’indépendance de l’État et de la justice ainsi que bien d’autres prérogatives.

C’est ce qu’il ressort de l’acte fondamental du MPSR dont la teneur a été rendue publique par le capitaine Farouk Azaria Kiswendsida Sorgho dans la soirée du mercredi sur la télévision nationale burkinabé.

L’acte fondamental fixe également l’organisation du MPSR autour d’un président, deux vice-présidents, un coordonnateur et deux commissions, selon la presse locale.

Le fonctionnement de ces différents organes est défini par ordonnance du président du MPSR.

Le MPSR assure ainsi le plein exercice du pouvoir d’Etat, sous la houlette de son président, en attendant la mise en place des organes de la Transition.

Le capitaine Traoré avait justifié son coup de force en reprochant à son prédécesseur, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, « la dégradation continue de la situation sécuritaire » dans un pays miné par la violence jihadiste et où les attaques sanglantes contre civils et militaires se sont multipliées ces derniers mois.

Il a  promis de respecter les engagements pris par son prédécesseur à l’égard de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ‘Cédéao) sur l’organisation d’élections et un retour de civils au pouvoir au plus tard en juillet 2024.

Dans la même catégorie