MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

Le charbon, une composante essentielle de la stratégie énergétique de l’Afrique du Sud (ministre)


  8 Mars      48        Economie (21743),

 

Johannesburg, 08/03/2023 -(MAP)- Le charbon fera toujours partie du mix énergétique de l’Afrique du Sud, malgré l’évolution vers les énergies renouvelables, a indiqué mercredi au Cap (1570 km de Pretoria) le ministre des Minéraux et de l’Énergie, Gwede Mantashe.

S’exprimant lors de la Conférence sur l’énergie, M. Mantashe a déclaré que le pays se basera encore pendant de nombreuses années sur le charbon pour répondre à ses besoins en énergie.

Le discours de ministre a été interrompu par un petit groupe de manifestants de Greenpeace qui se tenaient devant la scène avec des pancartes anti-charbon sur lesquelles on pouvait lire : «Mantashe, arrête de bloquer les énergies renouvelables».

Dans une réponse sarcastique aux manifestants, le ministre a indiqué que les énergies renouvelables ne sauveront pas l’Afrique du Sud parce qu’elles ont des limites. «Cela dépend du partenariat avec d’autres technologies pour fournir un approvisionnement et une sécurité énergétiques durables », a-t-il expliqué.

M. Mantashe a de même soutenu que la transition vers une réduction des émissions de carbone devait être juste et ne pas laisser de côté les communautés qui dépendent uniquement du charbon pour leur survie.

Il ne peut y avoir aucune ambiguïté quant à l’importance pour le continent africain de rechercher des sources et des systèmes énergétiques diversifiés pour assurer un approvisionnement énergétique sûr tout en passant à de faibles émissions de carbone, a-t-il déclaré.

Pour lui, l’Afrique ne doit pas succomber à l’encerclement par les économies développées qui continuent de faire pression sur le continent pour qu’il s’éloigne de toutes les formes de combustibles fossiles à un rythme et à une échelle déterminés par eux. « Ce mouvement à partir des combustibles fossiles ne doit pas être déterminé par des économies puissantes. Nous devons le déterminer nous-mêmes en tant que continent », suggère-t-il.

Abordant l’épineux problème des délestages électriques récurrents qui plongent le pays dans le noir, le responsable a déclaré que la principale cause de ces coupures était le fonctionnement sous-optimal des centrales électriques au charbon, six d’entre elles fournissant un facteur de disponibilité énergétique inférieur à 50%.

Pour résoudre la crise énergétique dans le pays, une attention particulière doit être accordée au « facteur de disponibilité de l’énergie et à l’acquisition d’une énergie de secours », a-t-il dit.

Dans la même catégorie