APS LES JEUNES INVITÉS À FAIRE BON USAGE DES RÉSEAUX SOCIAUX APS LE SAMES VA TENIR UN SIT-IN SILENCIEUX, LE 17 MAI APS RAMADAN : LA MAIRIE DE KAOLACK DÉCAISSE 35 MILLIONS DE FRANCS CFA POUR LES NÉCESSITEUX APS INCENDIE À L’HÔPITAL MAGATTE-LÔ : LE SAMES EXIGE UNE ‘’ENQUÊTE IMPARTIALE’’ APS DU MATÉRIEL ET DES VÉHICULES POUR LES SERVICES CHARGÉS DE LA GOUVERNANCE DE L’ÉTAT CIVIL APS POUR LA KORITÉ, LA RÉGION DE MATAM EST BIEN APPROVISIONNÉE EN DENRÉES ALIMENTAIRES, SELON LE SERVICE DU COMMERCE ANP Le Représentant résident du FMI pour le Niger assure au Président Mohamed Bazoum l’accompagnement de son Institution AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministère de l’Education nationale engagé dans l’amélioration de sa collaboration avec les éditeurs AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Lancement d’un nouveau magazine scientifique en ligne AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le paysage audiovisuel dominé par la forte audience des chaines du Groupe RTI (Etude)

le CNDH sensibilise à un scrutin législatif sans violence à Agboville


  24 Février      15        Société (31847),

   

Agboville, 24 fév 2021 (AIP) – Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) a initié, mardi 23 février 2021, une rencontre de sensibilisation des leaders communautaires sur le respect des droits de l’homme en période électorale.

L’objectif principal de cet atelier d’échanges animé par la présidente de la Commission régionale des Droits de l’Homme de l’Agnéby-Tiassa, Augou Yvonne, est de renforcer les connaissances des participants dans les domaines des droits civils, politiques et des libertés publiques, afin de parvenir à une élection législative sans violence et dans le respect des droits de l’Homme le 06 mars prochain.

Dans le cadre de son plaidoyer pour renforcer les connaissances et les compétences des leaders communautaires, le Procureur près le Tribunal de la section de tribunal d’Agboville, Traoré Douhatiené s’est largement étendu sur les notions de base en matière de protection des Droits de l’Homme dans un contexte électoral.

D’où son appel aux acteurs locaux que sont les chefs de villages, guides religieux, chefs de communautés allochtones et allogènes, aux représentants d’associations de jeunes et de femmes et de partis politiques, à plus de vigilance et de promptitude par des actions concrètes pour répondre efficacement aux violations des droits de l’homme en période électorale.

Mieux, il les a invités à être des ambassadeurs des droits de l’homme, des ambassadeurs de la paix, de la cohésion sociale et de développement.

Ce, dans le respect des droits d’autrui et dans les limites prévues par la loi. Au risque de tomber sous le coup de la loi ou de sanctions qui pourraient constituer des freins à la recherche de l’épanouissement et du développement souhaité par tous.

(AIP)

Dans la même catégorie