MAP Dakhla: Appel à renforcer la dynamique de l’innovation en Afrique face aux crises mondiales APS Le président Sall préconise un programme de réhabilitation des anciens établissements scolaires publics APS Le Parlement de la CEDEAO veut que justice soit rendue à Amy Ndiaye Gniby APS Violences faites aux femmes : Macky Sall prône « l’application de toutes les mesures prises, depuis 2012 » APS Macky Sall réclame une application rigoureuse du contrôle de légalité des actes des collectivités territoriales APS MTN : 37 districts ciblés pour une distribution de masse de médicaments APS La dernière borne de la frontière terrestre sénégalo-malienne posée MAP Compétences en Afrique: Nécessité d’une approche tournée vers l’avenir (Oxford Economics) MAP Dakhla: Réélection de Driss Guerraoui à la tête du FAAIE MAP Rwanda: la ministre de l’Environnement souligne l’importance de l’économie circulaire

Le film ‘’Saloum’’, de Jean Luc Herbulot, un mélange de thriller et de carte postale du Sine-Saloum


  5 Août      88        Cinéma (292),

   

Dakar, 5 août (APS) – Le film ‘’Saloum’’, du réalisateur franco-congolais Jean Luc Herbulot, projeté jeudi dans la salle de cinéma de Canal Olympia Téranga, à Dakar, a les allures d’un thriller, d’un conte et d’une carte postale du Sine-Saloum, dans le centre-ouest du Sénégal.

Le long métrage (90 minutes) raconte l’aventure de trois mercenaires, les ‘’Hyènes de Bangui’’, qui trouvent refuge dans les îles du Saloum à la suite d’un coup d’État en Guinée-Bissau.

Après un putsch survenu dans ce pays, les mercenaires sont chargés d’exfiltrer un trafiquant de drogue et de fuir en direction de Dakar avec des lingots d’or, sous la contrainte de se cacher dans la région mystique du Saloum en attendant d’y voir clair.

Mais c’est compter sans la légende mystérieuse et la vengeance personnelle de Souleymane. Le film ‘’Saloum’’, du nom de la zone où a eu lieu son tournage, est aussi un film d’action, avec genre fantastique et une histoire très ambiguë.

Sa productrice, la Sénégalaise Pamela Diop, estime que l’histoire du film a été écrite pour mettre en avant le Saloum, la région d’origine de ses parents, classée au patrimoine mondial de l’humanité en 2011.

‘’C’est fou que le monde ne se rend pas compte à quel point on est cinématographique’’, a-t-elle dit à la fin de la projection.

‘’Il suffit d’être dans une voiture, de mettre de la musique (…) On a l’impression d’être dans un film en voyant les images défiler. Je pense qu’on a un trésor devant nous’’, a commenté Diop.

Les acteurs du film, dont Mentor Ba, Babacar Oualy et Roger Salah, personnages de plusieurs séries sénégalaises, le rappeur Canabass et Bruno Henry sont très connus de la scène musicale et cinématographique locale.

Selon Pamela Diop, le tournage et la postproduction du film ont coûté environ 256 millions de francs CFA. ‘’Saloum’’ a bénéficié, à l’étape de la finition, de l’assistance financière du Fonds image de la Francophonie.

Le film sort ce 5 août dans 17 pays d’Afrique francophone. Sa distribution est assurée par ‘’Pathé BC Afrique’’.

Dans la même catégorie