AGP Guinée: 100 OPJ et autres fonctionnaires de justice reçoivent leur habilitation à Forécariah AGP Guinée : Le barreau décide de boycotter les audiences jusqu’au 31 juillet pour protester contre ce qu’il qualifie ‘’d’arrestations et détentions arbitraires’’ ANG Política/Porta-voz da Coligação PAI Terra Ranka considera que não há condições para a realização de eleições no ano em curso ANG Comunicação Social/CNOI qualifica de “incursão odiosa” contra o Presidente da República a nota de protesto do Sindicato dos Jornalistas Angolanos ACI Turquie/Politique: Le diplomate turc réitère la volonté de son pays à défendre la liberté des citoyens APS Le dialogue sera de mise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, selon Moustapha Guirassy AIB Burkina : les jeunes du Nord invités à s’engager sans réserve dans la lutte anti-terroriste. ANG Política/Presidente da República marca eleições legislativas antecipadas para 24 de novembro MAP Le Maroc en mesure de produire jusqu’à 70% de ses besoins en médicaments (ministre) ACI Congo/Santé: Le gouvernement reçoit 230 mille doses de vaccin Bcg pour les enfants

Le gouvernement veut migrer vers la mobilité électrique


  22 Mars      93        Economie (21767), Energie (267),

 

Abidjan, 22 mars 2023 (AIP)- Le gouvernement ivoirien entend migrer progressivement vers la mobilité électrique dans le secteur du Transport, a confié mardi 21 mars 2023 à Abidjan, Coné Dioman, directeur de cabinet du ministre Amadou Koné, lors d’une conférence-débat initiée par le Réseau des communicateurs pour l’environnement et le développement durable (RICED).

M. Coné a expliqué que le projet est réalisable en Côte d’Ivoire et que des réflexions sont menées au sein du cabinet du ministère des Transports, pour sa mise en œuvre. « Nous voulons migrer progressivement vers la mobilité électrique. On s’est rendu compte que c’est quelque chose qui est faisable en Côte d’Ivoire. Et de plus en plus, on y réfléchit au sein du cabinet avec monsieur le  ministre », a-t-il soutenu.

Le collaborateur du ministre Amadou Koné a souligné que le processus a démarré par les premiers contacts avec des opérateurs ainsi que des cabinets qui veulent accompagner le gouvernement dans la matérialisation de la mobilité électrique.

Il a également rassuré qu’il y a de l’amélioration en terme de mobilité sur l’ensemble du territoire national grâce notamment aux mesures prises par l’Etat, dont la vidéoverbalisation et le permis à points, entrées en vigueur respectivement le 7 septembre 2021 et le 1er mars 2023.

« Sur ce point, nous n’allons pas baisser les bras. On ne va pas baisser la pression. On va toujours continuer à faire observer les règles du Code de la route et faire en sorte que les statistiques fiables soient disponibles pour prendre les meilleures décisions possibles (…) », a-t-il conclu.

En décembre 2013, plusieurs réformes consacrent le changement de stratégie concernant la réglementation des transports en Côte d’Ivoire. Aussi, un nouveau cadre réglementaire est créé autour de la Loi d’Orientation du Transport Intérieur (LOTI), régissant désormais le secteur du transport de la Côte d’Ivoire.

Par la suite, une étude de cadrage général est commandée par le gouvernement ivoirien en 2018 pour analyser et définir les modalités de création, sur les plans institutionnel, opérationnel et financier, d’une Autorité organisatrice de la mobilité urbaine dans le Grand Abidjan.

La LOTI est ainsi modifiée par l’ordonnance n°2019-99 du 30 janvier 2019, consacrant un nouveau cadre de gouvernance de la mobilité urbaine. L’article 9 bis de la LOTI modifiée crée conjointement l’AMUGA et l’ARTI – Autorité de Régulation du Transport Intérieur.

Dans la même catégorie