MAP Basketball: la 4ème édition de la BAL le 24 mai à Kigali, avec la participation du FUS de Rabat ANP Morts dans des attaques à Tillaberi : Le front patriotique pour la souveraineté condamne fermement ces attaques MAP L’intégration économique, un pilier fondamental pour la promotion du développement en Afrique (M. Mezzour) ANP Le Ministre du Commerce et de l’Industrie visite plusieurs unités industrielles et commerciales de la Ville de Tahoua ANP Niamey : Le Président du CNSP reçoit l’Ambassadeur de Chine au Niger MAP Dakhla: Des ambassadeurs africains saluent la « crédibilité » et « l’audace » de l’Initiative Royale pour l’Atlantique Economie et finances / Société et Région MAP Le PAM appelle à une action urgente pour lutter contre l’insécurité alimentaire en Afrique australe MAP L’Angola cultive seulement 17% de ses terres arables (ministre) MAP Massacre de 2009 en Guinée: prison à vie requise contre l’ancien président Moussa Dadis Camara MAP Niger: sept soldats nigériens et « des dizaines » de terroristes tués près du Burkina Faso (officiel)

Le grand stade d’Agadir pour la promotion de l’amour du sport au Maroc (Papier d’angle)


  3 Février      77        Infrastructure (739), Sport (12846),

 

Agadir, 03 fév 2023 (AIP)- Le grand stade d’Agadir est un joyau architectural dans une ville située sur la côte atlantique sud du Maroc dans les contreforts de l’Anti-Atlas, construit pour la promotion de l’amour du sport chez les marocains, a constaté mardi 02 février 2023, l’AIP.

Inauguré en 2013 en marge de la 2ème édition de la Coupe du monde des Clubs organisée par le Maroc, le grand stade d’Agadir fait en effet partie des postulats du royaume chérifien pour sa candidature à l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2025.

Situé à 5 km du centre-ville, le stade d’Agadir a la particularité d’être bâti sur une zone sismique, (environnement montagneux) et répond aux normes internationales.

« Le complexe sportif dispose d’une capacité de 42.000 places assises, d’une tribune de presse de 288 places, 12 loges de haut niveau, un auditorium pour les conférences de presse d’une capacité de 200 places. En voie d’extension, il dispose également de deux terrains annexes à gazon naturel, des lounges pour les joueurs, des tribunes ouvertes, des salles de soin, et de tous autres équipements et infrastructures dédiés au sport « , a révélé son directeur général, Hicham Allouli.

Pour un coup de maintenance d’environ 1,5 million par an, ce complexe en voie d’extension vit de deux ressources. En plus d’une dotation de l’Etat, il fonctionne avec ses ressources propres à savoir, les matchs de football, entre autres du championnat national du Maroc, des matchs de l’équipe nationale, d’éliminatoires de la Coupe d’Afrique et du monde, des activités sportives, culturelles et professionnelles qui y sont organisées, a-t-il indiqué.

Des journalistes se sont réjouis de l’initiative du royaume de développement le sport avec des investissements important dans la construction des infrastructures sportives surtout les stades avec des commodités pour la pratique du bon football.

» Nous avons perçu le développement qu’a pris le football marocain, en visitant le complexe Mohamed IV. Nous avons vu l’ampleur des investissements, en visitant le stade de Rabat, de Tanger et aujourd’hui d’Agadir. Ce sont des complexes sportifs assez importants qui disposent d’un ensemble de commodités essentielles pour la bonne pratique du football, offrent des facilités d’accès au public « , a déclaré le chef du desk Sport à l’Agence mauritanienne d’Information, Amadou Sy.

Pour ce journaliste, secrétaire général du réseau des journalistes sportifs des agences de presse africaines affiliées à la Fédération atlantique des agences de presse de l’Afrique (FAAPA), cette œuvre marocaine  devrait davantage inspirer les gouvernements des autres pays africains afin de doter le football et les jeunes d’infrastructures qui garantiront pour la performance.

« Au Maroc, le football est vu comme un outil de développement. Dans nos pays, le football et le sport globalement doivent s’inscrire dans les politiques publiques de développement et d’insertion des jeunes « , a-t-il conclu.

Dans la même catégorie