MAP Accra: La Cédéao décide de maintenir la suspension de la Guinée de toutes ses instances et réclame la tenue des élections dans un délai de six mois (Communiqué) MAP Neuf civils tués dans une frappe aérienne au Nigeria (officiel) MAP Guinée: fin du premier épisode du virus de Marburg en Afrique de l’Ouest (OMS) MAP Le gouvernement éthiopien appelle à une action immédiate pour ramener une centaine de camions pas revenus du Tigray GNA ASF Outbreak: Over 200 pigs dead, seven farms affected GNA Felix Annan ends 10-year stay with Kotoko APS AFROBASKET 2021 : LES LIONNES ENTRENT EN LICE FACE À LA GUINÉE, SAMEDI APS CORONAVIRUS : 01 DÉCÈS ET 26 NOUVELLES INFECTIONS ANNONCÉS INFORPRESS São Vicente: Presidente da UCID volta a apelar para mudança de medida de coacção de Amadeu Oliveira “que está doente” INFORPRESS Futebol: Cabo Verde mantém-se no 77º lugar do ranking da FIFA

Le Kenya sollicite un appui de 750 millions de dollars de la Banque Mondiale pour financer des programmes de croissance inclusive


  29 Mai      59        Economie (13076), Finance (551),

   

Rabat, 29/05/2019 (MAP)- Le Kenya entend solliciter un appui financier de la Banque Mondiale estimé à 750 millions de dollars destiné à financer des programmes et des politiques du gouvernement visant à créer une croissance inclusive, a affirmé le ministre kényan des finances, Henry Rotich.

«Oui, nous avons sollicité un soutien financier de la Banque mondiale », a confirmé l’argentier kényan dans un entretien accordé au journal « Daily Nation, en assurant que « le gouvernement n’est pas en faillite ».

Mais il a ajouté que le gouvernement attend toujours la décision de la Banque mondiale à sa demande, qui intervient deux semaines seulement après que le Kenya ait levé 2,1 milliards de dollars à l’issue de l’émission de son troisième eurobond.

Le Kenya, qui a multiplié les opérations de prêts, ces dernières années, a vu sa dette publique passer de 44% en 2013 à près de 56% du PIB actuellement. Ceci a d’ailleurs soulevé les inquiétudes de nombreux bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale et aussi le FMI, qui a augmenté le risque de surendettement du pays de faible à modéré.

Malgré l’annonce par le gouvernement d’une stratégie de gestion de la dette, l’Etat a continué à emprunter sur le marché international de la dette, notamment pour financer les projets inscrits dans le cadre du programme « Big Four Agenda ».

Dans la même catégorie