GNA GPL 2020/21: GFA announces rates/sales points for Hearts/Kotoko Super clash GNA Great Olympics pip Bechem United GNA Central Bank will continue to provide strong policy to support growth recovery-Governor GNA Businesses need resilient and innovative strategies for sustainability GNA Farmers in UE anxious over delay of fertilizer subsidy GNA Support Central African states to build agricultural research capacities – Dr. Tabuna GNA Ghana Highway Authority to rehabilitate the 99 km Ho-Denu road- Atobra-Acheampong GNA Paramount Chief lauds President for Ghana’s development GNA CoST Sekondi-Takoradi chapter surveys Infrastructure GNA More than 90 per cent of structures in Ashanti listed

Le Kenya sollicite un appui de 750 millions de dollars de la Banque Mondiale pour financer des programmes de croissance inclusive


  29 Mai      57        Economie (12400), Finance (549),

   

Rabat, 29/05/2019 (MAP)- Le Kenya entend solliciter un appui financier de la Banque Mondiale estimé à 750 millions de dollars destiné à financer des programmes et des politiques du gouvernement visant à créer une croissance inclusive, a affirmé le ministre kényan des finances, Henry Rotich.

«Oui, nous avons sollicité un soutien financier de la Banque mondiale », a confirmé l’argentier kényan dans un entretien accordé au journal « Daily Nation, en assurant que « le gouvernement n’est pas en faillite ».

Mais il a ajouté que le gouvernement attend toujours la décision de la Banque mondiale à sa demande, qui intervient deux semaines seulement après que le Kenya ait levé 2,1 milliards de dollars à l’issue de l’émission de son troisième eurobond.

Le Kenya, qui a multiplié les opérations de prêts, ces dernières années, a vu sa dette publique passer de 44% en 2013 à près de 56% du PIB actuellement. Ceci a d’ailleurs soulevé les inquiétudes de nombreux bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale et aussi le FMI, qui a augmenté le risque de surendettement du pays de faible à modéré.

Malgré l’annonce par le gouvernement d’une stratégie de gestion de la dette, l’Etat a continué à emprunter sur le marché international de la dette, notamment pour financer les projets inscrits dans le cadre du programme « Big Four Agenda ».

Dans la même catégorie