MAP Le Rwanda adopte des mesures strictes pour contrer une troisième vague de Covid-19 MAP Le Niger et le Nigeria confrontés à une « crise nutritionnelle majeure » chez les enfants (MSF) MAP Elections en Ethiopie : fermeture des bureaux de vote (Conseil national électoral) MAP Rabat abrite l’exposition « Delacroix, souvenirs d’un voyage au Maroc », une première en Afrique et dans le monde arabe MAP La CAF veut rendre le football africain plus compétitif (Président) APS SÉNOBA : LES POPULATIONS DÉPLORENT LE MANQUE D’EAU ET D’ÉLECTRICITÉ GNA Infant jaundice: what public needs to know and do? GNA Kenyan MP commends Ghana’s COVID testing speed GNA World Refugee Day: Ghana’s refugee population stands at 14,000 GNA 94 per cent of children fear unemployment in future

Le Maroc peut s’enorgueillir de sa LGV (Journal burkinabè)


Ouagadougou, 18/11/2018 (MAP) – Le Royaume du Maroc peut s’enorgueillir de sa LGV (Ligne à grande-vitesse), écrit le journal burkinabè +Le Faso.net+ (indépendant), qualifiant de « nouveau fleuron » ce projet gigantesque, dont les retombées sont autant multiples que multiformes.

D’abord en termes économiques, du fait que cette ligne reliera les deux régions économiques les plus dynamiques du Royaume et ensuite, en termes de facilitation du trafic, avec ce qu’elle comporte comme gain en temps, indique le quotidien.

Sur le volet de la sécurité routière, les études prévoient « 150 victimes évitées sur les routes marocaines par an », souligne-t-il, faisant état du confort et de l’aisance du voyage, ainsi que du respect des horaires.

« C’est dire donc toute la pertinence de la LGV Tanger-Casablanca via Rabat et dont la réalisation est le tout premier pas d’un projet ambitieux visant à doter le territoire marocain d’un réseau ferroviaire à grande-vitesse de 1 500 kilomètres », relève la publication.

La LGV est la première à l’échelle du continent africain, rappelle +Le Faso.net+, ajoutant, d’autre part, que la présence d’Emmanuel Macron à cette inauguration, n’est pas un fait fortuit.

« L’Etat français a financé 51% du projet, grâce à plusieurs prêts accordés par l’Agence française de développement (AFD) de 220 millions d’euros. En plus, de nombreuses entreprises françaises ont participé à la construction de cette Ligne à grande vitesse », souligne la publication.

Cette toute nouvelle LGV, considérée comme une vitrine de la modernisation du Maroc et qui relie les deux pôles économiques majeurs du Royaume, « reflète la profondeur des relations bilatérales fondées sur un partenariat solide et fort » entre Rabat et Paris, fait remarquer le journal.

Dans la même catégorie