AIP Le ministre Laurent Tchagba en Italie à Rome pour la 27ème session du COFO et la 9ème semaine mondiale des forêts AIB Namentenga : Le haut-commissaire constate la dégradation du radié du barrage de Boulsa AIB Burkina/FSP : La douane mobilise plus de 7 milliards FCFA au premier semestre de l’année 2024 MAP Le Nigeria inflige au groupe Meta 220 millions de dollars d’amende pour violations de la protection des données personnelles (communiqué) AIB Burkina/Terrorisme : Le Premier ministre Kyelem charge l’Allemagne et la France MAP Cameroun : deux civils tués par Boko Haram dans l’Extrême-Nord AIB Garango/Religion: Des populations sollicitent les faveurs de la colline sacrée Boulgou AIB Paix et cohésion sociale : Les Sahéliens prennent langue à travers un colloque régional à Dori APS SENEGAL-MONDE-MEDIAS / Forum des médias de Susha : la détection des fausses informations et la lutte contre la désinformation au menu des échanges APS AFRIQUE-MONDE-CLIMAT / COP 29 : plusieurs chefs d’Etat africains attendus à Baku (Ilham Aliyev)

Le ministère de l’Environnement relève l’urgence de rechercher des sources de financement innovants pour lutter contre le changement climatique


  26 Juin      18        Environnement/Eaux/Forêts (6792), Finance (1521),

 

Abidjan, 26 juin2025 (AIP) – Le directeur de cabinet du ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Transition écologique, Parfait Kouadio, relève l’urgence de rechercher des sources de financement innovants pour lutter contre le changement climatique surtout que l’accès au financement reste problématique.

« Il est vrai que les instruments financiers ont été adoptés par la communauté internationale…le fonds d’adaptation, le fonds vert pour le climat, le fonds pour les pays les moins avancés pour soutenir la mise en œuvre des Contributions déterminées au niveau national (CDN),  mais force est de constater que l’accès à ses financements reste pour problématique pour beaucoup de pays africains. Il apparaît donc impératif et urgent de rechercher des sources de financement innovants », a déclaré M. Kouadio, mardi 24 juin 2024, lors d’un atelier sur l’engagement du secteur privé pour le financement et la mise en œuvre des CDN.

Cet atelier vise à discuter de la problématique du changement climatique et de ses effets néfastes sur les économies africaines. Il s’agira, à travers ses sessions, de rassembler les parties prenantes clés du secteur public et du secteur privé autour des CDN et leurs plans d’investissement, les fonds climatiques et autres instruments financiers et des approches/initiatives propices à un meilleur engagement du secteur privé.

Les modules portent sur les thèmes suivants : « Mobilisation des ressources et finance climatique », « Mécanismes de financement innovants et opportunités pour le secteur privé africain » et « Collaboration entre acteurs publics et privés pour la mise en œuvre des CDN ».

Cet atelier, organisé par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), en partenariat avec NDC Partnership et Pangea, prend fin ce vendredi. Il s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase de son initiative Climate Promise (CP2) qui vise principalement à appuyer la mise en œuvre des CDN ambitieuses de manière coordonnée, efficiente et inclusive.

Plus de 90 participants venus du Sénégal, de la Mauritanie, du Niger, du Tchad, du Burkina Faso, du Mali, d’Italie, de Belgique et des États-Unis et de la Côte d’Ivoire sont des experts, des investisseurs, des acteurs secteur publics et privé.

Selon le récent rapport de la Banque mondiale, les impacts du changement climatiques en Côte d’Ivoire pourraient faire baisser le Produit intérieur brut (PIB) réel jusqu’à 13% d’ici 2050 et empêcher 1,6 million de personnes d’échapper à la pauvreté.

Dans la même catégorie