MAP Le CRASTE-LF, une plateforme au service du rayonnement du Maroc à l’échelle continentale (M.Miraoui) APS SENEGAL-AFRIQUE-FINANCE / L’État sénégalais a levé 1.865 milliards de francs CFA sur le marché financier de l’UEMOA en vingt-huit ans MAP Burkina: Un bureau de MSF visé par des tirs lors d’une « attaque armée » MAP Trente ans après la fin de l’apartheid, des millions de Sud-africains vivent toujours dans la pauvreté (Président) APS SENEGAL-SPORTS-NECROLOGIE / Décès de l’ancien basketteur sénégalais Doudou Leydi Camara, double champion d’Afrique APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Un projet lancé à Dakar en vue d’une pêche durable et transparente APS SENEGAL-TRANSPORTS / Transports : vers l’élaboration de stratégies répondant aux besoins actuels et futurs APS SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / L’AMF-UMOA joue un rôle fondamental de modernisation du marché financier régional, selon son président ANP Fin de projet : Le MCA rétrocède ses biens à l’Etat du Niger (Présidence) AIP Chaque document émis par l’ONECI est authentique et infalsifiable grâce à la biométrie (directeur général)

Le ministre du Commerce encourage le secteur privé à privilégier les investissements d’impacts


  2 Juillet      10        Economie (21779),

 

Abidjan, 2 juil 2024 (AIP) – Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Dr Souleymane Diarrassouba a appelé le secteur privé à privilégier les investissements d’impact, lors de la deuxième édition de la journée du secteur privé qui s’est tenue mardi 2 juillet 2024, au siège de la Confédération des entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI).

« Dans nos initiatives, ce qui est privilégié aujourd’hui, dans le cadre des différentes activités, c’est la problématique de la priorisation de ce que nous appelons les investissements d’impact. Ces investissements sont réalisés avec l’intention d’avoir un impact social et environnemental positifs, tout en générant des rendements financiers. C’est ce que nous encourageons désormais auprès du secteur privé », a déclaré Dr Souleymane Diarrassouba.

Le ministre a, par ailleurs, invité le secteur privé à s’approprier désormais toutes les opportunités et instruments financiers mis à leur disposition par les partenaires financiers.

Dr Diarrassouba a souligné que, partout dans le monde, la durabilité et le financement vert sont des sujets de grande importance. Selon lui, ce type de rencontre permet d’obtenir des informations pertinentes et précises sur la manière de mobiliser des fonds verts pour le développement des entreprises.

Cette deuxième édition de la journée du secteur privé, organisée par le ministère du Commerce et de l’Industrie en partenariat avec le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), s’inscrit dans la dynamique de la poursuite des échanges entre l’Etat et le secteur privé. Elle porte sur le thème « l’accélération du financement du développement par le secteur privé : Quels outils nationaux de planification stratégique ? ».

L’objectif de cette journée est de mettre en évidence les opportunités pour le financement du secteur privé et tenir les consultations entre le gouvernement, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers, sur les axes de contribution du secteur privé aux objectifs nationaux de financement du développement.

Les sessions portent entre autre sur « la présentation des outils de financement du développement : cas cadre national de financement intégré (INFF) et de la carte d’investisseurs alignée sur les objectifs du développement durable (ODD) » , « Quels systèmes de résilience des entreprises en temps de crises et d’incertitudes ? » et « Quels sont les opportunités d’investissement dans le vert ? » et « Comment le secteur privé se positionne et développement un nouveau modèle économique adapter au changement climatique ? ».

Le gouvernement s’est fixé pour objectif primordial d’encourager et d’accroitre davantage l’investissement privé, de promouvoir l’entreprenariat national, de capter également les investissements directs étrangers afin de créer des opportunités d’emplois pour une population sans cesse croissante, et réduire ainsi les inégalités territoriales.

Malgré une performance économique robuste, la contribution du secteur privé à la transformation structurelle de l’économie demeure faible. Celui-ci reste essentiellement concentré dans le secteur tertiaire (services, commerce, communication-TIC, grande distribution, transport, construction, hôtellerie-tourisme, négoce, etc.), lequel génère peu d’emplois qualifiés.

Pour assurer la durabilité de cette croissance, le gouvernement a attribué un rôle de premier plan au secteur privé dans la mobilisation des ressources pour son Plan national de développement (PND) 2021-2025, dont 74 % des financements sont attendus de ce secteur.

L’objectif global du PND 2021-2025 est de réaliser la transformation économique et sociale nécessaire pour hisser la Côte d’Ivoire, à l’horizon 2030, au rang des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure.

La première édition s’est tenue le 11 mai 2022 à Abidjan

Dans la même catégorie