MAP L’ambassadeur de SM le Roi au Caire présente ses lettres de créance au Président égyptien MAP Kenya: huit corps retrouvés dans une décharge à Nairobi (nouveau bilan) APS AG de la FSF : le comité exécutif va proposer la date du 21 septembre (président) ANP Les leaders Arabes d’Agadez et Tahoua reçus par le Président du CNSP APS Acteurs politiques, société civile et universitaires planchent sur l’intégrité du système électoral APS Zone des Niayes : des producteurs listent les défis et proposent des solutions APS Le président Faye aborde les urgences sociales, la fiscalité, l’emploi, ses rapports avec le Premier ministre, etc APS AVC: un neurologue alerte sur les cas d’hospitalisations de sujets de plus en plus jeunes AIP La lutte contre la déforestation devrait s’inscrire dans un cadre de coopération sud-sud (Le président CESEC) MAP Niger : 22 terroristes « neutralisés » par l’armée dans l’ouest

Le PNUD préconise la valorisation des pratiques locales et les savoirs traditionnels pour la préservation de la biodiversité


  12 Juin      2        Environnement/Eaux/Forêts (6756),

 

Abidjan, 12/06/2024 (MAP)- La représentante résidente du programme des nations unies pour le développement (PNUD) en Côte d’Ivoire, Carol Flore-Smereczniak, a préconisé, mardi à Abidjan, la valorisation des pratiques locales et les savoirs traditionnels pour préserver la biodiversité en Afrique.

La représentante du PNUD s’exprimait à l’ouverture du Trialogue régionale pour l’Afrique centrale et de l’ouest sur les solutions inclusives pour les espèces exotiques envahissantes et à la conservation durable de la faune et la flore.

Elle a souligné que l’Afrique est un trésor de biodiversité et de richesse culturelle, avec des écosystèmes uniques et des espèces sauvages qui sont une source de fierté.

Cependant, a-t-elle relevé, le continent fait face à des défis globaux majeurs, notamment le changement climatique et la dégradation de la biodiversité, mettant en avant l’impératif de relever ces défis et de garantir un avenir durable.

Les objectifs du Trialogue, qui se tient du 11 au 13 juin, sont de réfléchir sur les questions des espèces exotiques envahissantes, de l’utilisation durable des espèces sauvages et de leurs implications pour la sécurité alimentaire, rapporte l’Agence ivoirienne de presse (AIP).

Il s’agit également d’analyser les défis dans le contexte du cadre mondial de la biodiversité, de mettre en lumière les points forts et de trouver des solutions au niveau national en s’appuyant sur les connaissances récentes. Enfin, il est prévu de mettre en place des plans d’action spécifiques à chaque pays pour relever le défi de la biodiversité.

Les participants sont venus du Bénin, du Sénégal, de la République démocratique du Congo, du Gabon, du Togo et de la Côte d’Ivoire.

L’Afrique abrite une myriade d’écosystèmes et d’espèces sauvages uniques. Cependant, elle n’échappe pas aux fléaux mondiaux tels que le changement climatique et la dégradation de la biodiversité.

Dans la même catégorie