MAP Les provinces du Sud du Maroc connaissent un développement exponentiel (directeur de think tank vietnamien) AIB Simon Compaoré conseille Sidwaya de fidéliser son lectorat AIB Location d’un bâtiment à 4 millions FCFA pour son ministère : Simon Compaoré dément à nouveau AIP Côte d’Ivoire/ La Drenetfp de Korhogo à l’heure de examens blancs régionaux AIP Côte d’Ivoire/ Deux quartiers de Tiassalé bientôt connectés au réseau électrique AIP Interview/ Jean-Marie Somet (DG de Côte d’Ivoire Tourisme) : «Le SITA, la Côte d’Ivoire y gagne énormément » ANP Huit (8) personnes tuées par des bandits armés dans trois villages de la Région de Tillabéry (Presse) MAP SIAM 2018: un Salon continental ouvert sur le monde MAP Ouverture à Rabat des travaux du forum parlementaire économique afro-arabe AGP 10 prétendants à la présidence du Centre gabonais des élections

Le président angolais Joao Lourenço limoge le fils de l’ex-président


  11 Janvier      24        Evénements (2168), Photos (17469), Politique (17482),

   

Abidjan, 11 jan (AIP)- José Filomeno dos Santos, le fils de l’ex-président José Eduardo dos Santos, a été remplacé jeudi, par un ancien ministre des Finances, Carlos Alberto Lopes. Surnommé « Zenu », José Filomeno avait été mis en cause dans le scandale des « Paradise Papers », des révélations publiées en 2017 par de nombreux médias, concernant des sociétés offshore et impliquant des multinationales et de nombreuses personnalités de plusieurs pays.

Le fonds d’investissement souverain de l’Angola, créé en 2011 et doté de 5 milliards de dollars, aurait versé des dizaines de millions de dollars à l’homme d’affaires suisse Jean-Claude Bastos, un proche du fils de l’ex-président angolais, pour gérer cette entité. Joao Lourenço Dauphin désigné par son prédécesseur, a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par l’ex-président, qui a dirigé le pays pendant 38 ans. Il a renvoyé plusieurs patrons d’institutions ou secteurs les plus sensibles du pays, dont la Banque centrale, le pétrole, l’industrie du diamant, les médias, tous des fidèles de l’ancien président. Aussi, la fille dos Santos, Isabel, classée femme la plus riche d’Afrique par le magazine américain Forbes, a-t-elle été limogée en novembre de la présidence de la Sonangol, la compagnie pétrolière nationale. José Eduardo dos Santos, qui conserve la direction du parti au pouvoir, le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), a estimé en décembre que ces décisions de son successeur étaient « radicales ». (AIP) tls/fmo

Dans la même catégorie