APS LES JEUNES INVITÉS À FAIRE BON USAGE DES RÉSEAUX SOCIAUX APS LE SAMES VA TENIR UN SIT-IN SILENCIEUX, LE 17 MAI APS RAMADAN : LA MAIRIE DE KAOLACK DÉCAISSE 35 MILLIONS DE FRANCS CFA POUR LES NÉCESSITEUX APS INCENDIE À L’HÔPITAL MAGATTE-LÔ : LE SAMES EXIGE UNE ‘’ENQUÊTE IMPARTIALE’’ APS DU MATÉRIEL ET DES VÉHICULES POUR LES SERVICES CHARGÉS DE LA GOUVERNANCE DE L’ÉTAT CIVIL APS POUR LA KORITÉ, LA RÉGION DE MATAM EST BIEN APPROVISIONNÉE EN DENRÉES ALIMENTAIRES, SELON LE SERVICE DU COMMERCE ANP Le Représentant résident du FMI pour le Niger assure au Président Mohamed Bazoum l’accompagnement de son Institution AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le ministère de l’Education nationale engagé dans l’amélioration de sa collaboration avec les éditeurs AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Lancement d’un nouveau magazine scientifique en ligne AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le paysage audiovisuel dominé par la forte audience des chaines du Groupe RTI (Etude)

LE PRODUCTEUR DE ’’BALINE COUMBA’’ A DÉCIDÉ DE L’ARRÊT DE LA DIFFUSION DE LA SÉRIE (CNRA)


  19 Avril      19        Arts & Cultures (1595),

   

Dakar, 19 avr (APS) – Le producteur de « Baline Coumba » a donné son « total accord » pour l’arrêt de la diffusion de cette série télévisée, dont la bande annonce avait suscité « réactions indignées » et « condamnations anticipées », a-t-on appris du Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA).

« Le producteur et le scénariste en avaient déjà pris la décision, la rencontre de ce dimanche avec le CNRA a entériné la suspension de la diffusion de ce qui avait initialement été intitulé +Thiey Adji SARR+ », annonce le CNRA dans un communiqué portant sur une « rencontre d’explications » convoquée dimanche par le régulateur au sujet de ce film.

« Le producteur, très réceptif » lors de cette rencontre, « a salué la démarche du CNRA et donné son total accord pour l’arrêt de la diffusion de ce qui lui a pourtant déjà +coûté beaucoup d’argent+ ».

« Mais pour la pacification de l’espace public et la cohésion sociale en général », ajoute le communiqué, le président du CNRA, Babacar Diagne, « a rappelé la place et l’importance du Théâtre, tout en appelant à éviter la confusion entre +intérêt public et intérêt du public+ ».

« La première notion renvoie à la noble mission du Théâtre et des médias parce que de portée générale, la seconde laisse place à la recherche de sensations loin de ce qui grandit une Nation, même ayant un public demandeur », relève le texte.

Il note que les échanges entre les parties concernées « ont révélé une convergence de préoccupations entre le Régulateur de l’Audiovisuel et les auteurs de Baline Coumba », dont la bande annonce avait suscité des « réactions indignées » et des « condamnations anticipées », au point d’amener les promoteurs de la série à en changer le titre, « Thiey Adji SARR » devenant « Baline Coumba ».

« Le nom à l’origine, mis en exergue renvoyait à une affaire pendante devant la Justice. Les réactions multiformes dans l’espace public n’ont été ignorées, ni par les intervenants dans la série ni par le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel », souligne le communiqué.

« Les principaux concernés par la production, en amont comme en aval n’ont pas mis du temps à s’entendre sur ce qu’il fallait faire de Baline Coumba. Le scénario (provisoirement) retiré de la diffusion, sera revu par l’auteur avec l’accord du producteur, en collaboration avec la direction de la Cinématographie », annonce le CNRA.

Au cours des « échanges autour de ce qui est la mission première du Théâtre comme moyen d’éducation », le scénariste « a fait observer que l’opinion avait été doublement induite en erreur, d’abord par le tire donné à la série, ensuite par ce qui en a été donné à voir sur la bande-annonce ».

« Selon Aziz NIANE l’essentiel de la série s’est joué en territoire gambien avec des acteurs des deux pays, et son contenu +n’a rien à voir+ avec une certaine actualité sénégalaise. Ce qui a fait dire au Président Babacar DIAGNE que la perception peut aussi donner lieu à des réactions négatives, loin de ce qui est proposé mais pas encore exposé », peut-on lire.

« Thiey Adji Sarr’’, le premier titre de la série, laissait penser à une affaire de justice impliquant une employée d’un salon de beauté et de massage dakarois.

Cette dernière avait porté plainte contre l’opposant Ousmane Sonko, pour « viols répétés et menaces de mort », une affaire ayant tenu en haleine le Sénégal début mars.

L’interpellation du député Sonko, un des opposants les plus en vue, avait suscité une vague de manifestations à l’origine d’une explosion de violence rarement enregistrée au Sénégal.

Les échauffourées ayant opposé pendant plusieurs jours forces de sécurité à des jeunes principalement se réclamant de l’opposant ont provoqué une dizaine de morts à travers le territoire sénégalais.

Les dignitaires religieux, musulmans et chrétiens, ont été mis à contribution pour un retour au calme et à l’apaisement, une médiation qui a également conduit à la mise en liberté provisoire de l’opposant.

Dans la même catégorie