ANP Sommet de la CBLT: retour du Président Bazoum d’Abuja ATOP Un panel sur le nouvel ordre économique clôture l’édition 2022 de Africa financial industry summit ATOP AFIS 2022 : le rapport sur le financement du commerce en Afrique de l’ouest présenté à la presse ATOP Finance africaine : les participants à AFIS 2022 recommandent une transformation du secteur financier ATOP Promotion de l’agroécologie en Afrique de l’ouest : des acteurs réfléchissent sur la mise en place d’un cadre national de concertation MAP ROJALNU-ODD/Afrique: La 2eme conférence annuelle des présidents du 1er au 3 décembre à Lomé MAP Afrique du Sud : L’assassin de la figure anti-apartheid Chris Hani poignardé en prison MAP Première cargaison d’engrais russes pour l’Afrique en direction du Malawi: L’ONU se félicite MAP Guterres à Addis Abeba pour la 6è conférence annuelle UA-ONU MAP Tenue du 16ème Sommet de la Commission du bassin du lac Tchad à Abuja

LE SYSTÈME FINANCIER AFRICAIN ‘’UN PEU EN RETARD’’ PAR RAPPORT AUX MUTATIONS TECHNOLOGIQUES (EXPERT)


  30 Novembre      21        Economie (16465),

   

Dakar, 30 nov (APS) – Le système financier africain accuse ‘’un peu’’
de retard par rapport aux mutations technologiques qui sont en train
de s’opérer’’ dans l’environnement économique mondial, a affirmé,
samedi à Dakar, le directeur général de l’Institut supérieur de
finance, Papa Diallo.

‘’Je pense que nous sommes un peu en retard quand même par rapport aux
mutations technologiques qui sont en train de s’opérer dans
l’environnement (économique) mondial, parce que toujours on en subit
les contrecoups’’, a-t-il expliqué à Dakar, en marge d’une conférence
sur le thème : ‘’Mutations des Banques centrales : analyses et
perspectives’’.

Il a affirmé que c’est l’esprit qui sous-tend l’initiative tendant à
‘’susciter la réflexion pour qu’on puisse jouer un rôle dynamique dans
ce travail’’.

‘’On ne peut pas continuer à subir ces mutations (technologiques). Il
faut les anticiper, mettre en place des stratégies pour prendre en
charge ces mutations dans le domaine économique et financier’’, a-t-il
estimé.

Vu que la technologie a toujours accompagné la finance, ‘’il faut donc
que les banques puissent intégrer ces évolutions technologiques’’,
a-t-il fait remarquer.

Il a en outre indiqué que les banques centrales qui chapeautent le
système bancaire ‘’doivent s’adapter par rapport aux nouvelles
mutations technologiques et mettre en place de nouveaux mécanismes de
contrôle’’.

‘’Si les banques centrales n’arrivent pas à s’adapter aux nouvelles
mutations technologiques, ça pose un problème parce qu’on ne peut pas
arrêter les innovations. Ça veut dire que demain, on peut se retrouver
avec des banques [qui n’en sont pas]’’, a-t-il averti.

‘’Ça veut dire qu’il y aura des acteurs qui interviennent dans le
système bancaire et qui ne sont pas des banquiers et donc pas soumis à
la règlementation bancaire’’, a-t-il précisé.

Selon lui, cela reviendrait à dire qu’’’il y aura une partie de la
fonction de la Banque centrale qui échappe, […] dans le cadre de la
politique monétaire ou bien de la création de monnaie’’. Le risque est
d’après lui de voir des monnaies ‘’circuler sans être contrôlées, sans
être intégrées dans la comptabilité de la masse monétaire qui est
véhiculée au niveau de l’économie nationale’’.

L’Institut supérieur de finance est un établissement d’enseignement,
créé dans le but de contribuer à apporter des réponses aux défis face
aux changements profonds de l’environnement économique et financier
dans le contexte d’une économie mondialisée.
SG/ASG

Dans la même catégorie