AGP Boké-Administration : Le nouveau chef de quartier de Yomboya installé AGP Guinée/Conseil des Ministres : Le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité d’accroitre sensiblement les tests PCR AGP Guinée/ Conseil des Ministres : le chef de l’Etat ordonne le ministre des AE de produire un état détaillé du paiement des contributions AGP Guinée/ Conseil des Ministres : Le chef de l’Etat instruit le ministre du budget de veiller scrupuleusement au paiement destiné à l’état ANGOP Covid-19: Angola reports 189 recoveries, 178 new infections ANGOP Angola with $14.7 bn of international net reserves ANGOP Government hikes fuel export taxes ANGOP Les échanges entre l’Angola et l’Allemagne s’élèvent à 120 millions d’euros AGP Gabon : Décès de l’ancien ministre Fabien Owono Essono AGP Gabon : Des Barrières électriques comme solution au conflit homme-éléphant dans l’Ogooué-Maritime

L’Endiama négocie le retour de De Beers en Angola


  15 Janvier      22        Economie (12659),

   

L’entreprise nationale de diamants (ENDIAMA) négocie actuellement le retour, en Angola, de la De Beers, et l’entrée sur le marché angolais de la « Rio Tinto », la plus grande entreprise de diamants au monde.

Le retour de ces entreprises en Angola serait très important, car il permettrait d’appuyer le secteur national, afin que le pays puisse gagner de l’argent et augmenter sa production de diamants, a souligné le président du Conseil d’administration de l’Endiama.

Cité par le quotidien  « Jornal de Angola », dans son édition du mercredi 15 janvier 2020, Ganga Júnior relève l’avantage de voir ces deux entreprises épauler le processus de privatisation de l’Endiama.

« La De Beers dont nous parlons a déjà été en Angola. C’est un vieux partenaire, et il a de l’intérêt d’y retourner », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l’administrateur a fait savoir que  l’Endiama comptait entrer dans la bourse de valeurs avant 2022.

« Etre dans la bourse signifie avoir la transparence absolue. Les comptes doivent être ouverts, et nous ne pouvons pas faire des rapports de gestion pleins de doutes », a-t-il expliqué.

Il faut qu’il y ait réellement transparence. Si tel est notre objectif, alors les problèmes doivent être résolus avant 2022, a souligné le patron de l’Endiama.

Enfin, relativement au pourcentage à lâcher, Ganga Junior a dit que rien n’était encore définie avec exactitude, mais, a-t-il renchéri, tout indique que l’Etat continuerait à détenir pas moins de 70 pourcent des chiffres d’affaires.

Dans la même catégorie