ANP L’UNA et Sputnik organisent une formation sur l’intelligence artificielle et la production vidéo ANP N’gourti : deux citoyens contribuent au FSSP à hauteur de 200.000 FCFA MAP Tanzanie: de fortes pluies ont fait 58 morts depuis début avril AIP La ministre Françoise Remarck encourage les acteurs culturels à saisir les opportunités du MASA AIP MASA 2024: la secrétaire d’Etat rwandaise appelle à l’unité culturelle pour l’avenir des générations africaines AIB Le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo annonce du «beau spectacle», dans quelques jours, à l’ouverture de la 21e SNC AIB La commune de Kantchari ravitaillée doublement MAP Conflit au Soudan: L’ONU renouvelle son appel à un cessez-le-feu immédiat MAP Tarfaya: La Marine Royale porte assistance à 118 candidats à la migration irrégulière MAP Le parti MK de Zuma appelle à la démission de la présidente de la Commission électorale

Les entreprises africaines du secteur privé invitées à s’engager davantage dans la lutte contre le paludisme dans leur pays


  29 Février      15        Médias (2808),

 

Abidjan, 29 fev 2024 (AIP)- L’ONG Speak Up Africa et la fondation Ecobank ont partagé leurs expériences conjointes dans la lutte contre le paludisme en Afrique, lors d’un webinaire organisé mercredi 28 février 2024 par le Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement (REMAPSEN) autour du thème « rôle du secteur privé dans la lutte contre le paludisme en Afrique : l’exemple de l’initiative + zéro palu ! Les entreprises s’engagent+.

Selon le rapport 2022 sur la situation du paludisme dans le monde, les statistiques révèlent que 94 % des cas de paludisme (soit 233 millions) et 95 % des décès dus à la maladie (580 000) ont été enregistrés dans la région africaine. Parmi ces chiffres, les enfants de moins de cinq ans représentaient 80 % des décès.

« Les besoins pour la mise en œuvre des stratégies de lutte contre le paludisme sont énormes. Il faut au moins 3 millions de dollars US. Bien vrai que les Etats sont engagés, mais le secteur privé doit aussi jouer sa partition car il subit les affres de cette maladie sur leurs agents (absentéisme), leur famille, leurs chiffres d’affaires », a indiqué le responsable de l’équipe paludisme de Speak Up Africa, James Wallen.

Il a expliqué la nécessité de trouver de nouvelles sources de financement et de créer des mécanismes de financement innovant pour venir à bout du paludisme comme le fait bien la fondation Ecobank en mobilisant les ressources et en tissant divers partenariats pour la mise en place des fonds +Zéro palu, les entreprises s’engagent+.

« Nous encourageons d’autres entreprises privées à se mobiliser pour la même cause car leur contribution est cruciale », a-t-il lancé, soutenant que ces fonds permettent de fournir des intrants et les médicaments pour la lutte contre le paludisme dans les pays, de renforcer le plaidoyer au sommet de l’Etat en finançant les tables-rondes avec tous les secteurs d’activités sur les plans stratégiques nationaux, d’impliquer les leaders (sportifs, religieux, artistes), etc.

Pour la directrice des opérations de la fondation Ecobank, Elisa Desbordes, basée à Lomé au Togo, la fondation a pour objectifs de contribuer au développement socioéconomique de l’Afrique à travers l’éducation, la santé et l’éducation financière. « Le projet de lutte contre le paludisme a été lancé en 2020. Mais depuis 2018, notre contribution à l’amélioration de la vie des communautés s’élève à hauteur de 1,5 millions dollars US pour la lutte contre le paludisme, la tuberculose et le VIH ».

« Pour le projet +Zéro palu, les entreprises s’engagent+, nous en sommes pour l’instant dans les zones pilotes, à savoir, le Togo, le Bénin, le Togo, le Burkina Faso et l’Ouganda. Mais notre ambition est de passer à échelle, jusqu’à couvrir une bonne partie dans les 35 pays africains où notre établissement financier est implanté. Tout cela contribue à la responsabilité sociale des entreprises (RSE)», a-t-elle affirmé.

Speak Up Africa, basée à Dakar, est une ONG internationale spécialisée dans le plaidoyer au niveau des responsables gouvernementaux et du secteur privé des Etats. Elle est impliquée dans la lutte contre les maladies tropicales négligées, l’assainissement, la vaccination, l’égalité des genres, le paludisme, la recherche et le développement, etc

Dans la même catégorie