MAP Accra: La Cédéao décide de maintenir la suspension de la Guinée de toutes ses instances et réclame la tenue des élections dans un délai de six mois (Communiqué) MAP Neuf civils tués dans une frappe aérienne au Nigeria (officiel) MAP Guinée: fin du premier épisode du virus de Marburg en Afrique de l’Ouest (OMS) MAP Le gouvernement éthiopien appelle à une action immédiate pour ramener une centaine de camions pas revenus du Tigray GNA ASF Outbreak: Over 200 pigs dead, seven farms affected GNA Felix Annan ends 10-year stay with Kotoko APS AFROBASKET 2021 : LES LIONNES ENTRENT EN LICE FACE À LA GUINÉE, SAMEDI APS CORONAVIRUS : 01 DÉCÈS ET 26 NOUVELLES INFECTIONS ANNONCÉS INFORPRESS São Vicente: Presidente da UCID volta a apelar para mudança de medida de coacção de Amadeu Oliveira “que está doente” INFORPRESS Futebol: Cabo Verde mantém-se no 77º lugar do ranking da FIFA

Les financiers burkinabè suspendent leur grève pour répondre à l’appel du président du Faso


  26 Juin      27        Economie (13076), Finance (551),

   

Ouagadougou, 26 juin 2018 (AIB) – Les agents du ministère des Finances qui avaient reconduit leur mouvement de grève hier lundi, l’ont suspendu dans l’après-midi, pour disent-ils «répondre favorablement à l’appel du chef de l’Etat à renouer le dialogue avec le gouvernement», lit-on dans la parution du jour du quotidien national Sidwaya.

«Nous avons décidé de suspendre le mot d’ordre de grève, pour répondre favorablement à l’appel du chef de l’Etat à renouer le dialogue avec le gouvernement», lit-on dans le quotidien d’Etat Sidwaya.

Le journal rapporte ainsi, les propos du président de la Coordination des syndicats du ministère l’Economie et des Finances (CS-MEF) Mathias Kadiogo.

M. Kadiogo précise aussi qu’ils (les agents grévistes) ont aussi été saisis par des autorités coutumières et religieuses au cours du weekend pour la suspension de la grève.

«A partir de ce mardi 26 Juin 2018, le travail reprend dans tous les services du ministère en charge des finances», poursuit Mathias Kadiogo dans les colonnes de Sidwaya en espérant que le président du Faso ait appréhendé leurs préoccupations.

Selon le responsable syndical, «il y avait eu des avancées au cours des discussions» que le syndicat a eu avec le gouvernement en fin mars 2018 et il est opportun selon lui, «d’examiner tous les points inscrits dans la plateforme».

«Deux autres points viennent de s’y ajouter, notamment le respect des libertés syndicales et la levée des sanctions prises à l’égard de certains de nos camarades qui ont observé la grève», a-t-il fait observer.

Parlant des deux derniers points, Mathias Kadiogo espère que le gouvernement s’apprête à leur donner des réponses parce que, de ses dires, «au Burkina Faso, aucun texte n’empêche un responsable nommé d’aller en grève pour défendre ses intérêts professionnels».

Pour M. Kadiogo, les syndicats n’excluent pas de retourner en grève, mais espèrent qu’un terrain d’entente sera trouvé.

Agence d’Information du Burkina

wis/ak

Dans la même catégorie