Côte d’Ivoire-AIP/Inter : L’Afrique du Sud lance sa première usine de vaccins contre la Covid-19 Côte d’Ivoire-AIP : Le gouvernement ratifie la convention de 2006 sur le travail maritime AIP : La Côte d’Ivoire fixe des modalités d’introduction d’espèces aquatiques dans ses eaux Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ Emmanuel Macron promeut une nouvelle alliance entre l’UE et l’Afrique CAN 2021 : Naby Keita, suspendu pour les huitièmes de finale CAN 2021 : Le Zimbabwe surprend la Guinée, tout de même qualifiée Guinée/ Education : Le Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation Guillaume Hawing en tournée dans les préfectures de Dalaba, Pita et Labé. Lola : Visite de terrain des autorités préfectorales sur les chantiers de développement Guinée/Santé : 3ème passage de la campagne d’élimination du tétanos maternel et néonatal, 41.118 filles et femmes sur 41.803 atteintes à Dixinn Boké-infrastructures: La Commune rurale de Dabiss au cœur du Développement local

Les interventions militaires françaises ne sont pas payantes, selon Xavier Lapeyre de Cabanes


  1 Juin      33        Coopération (1295), Militaire (474),

   

Ouagadougou, 31 mai 2019 (AIB)-Les interventions militaires françaises sont des «secours» portés à des «amis» et non des services payants, a assuré l’ambassadeur de la France au Burkina Faso Xavier Lapeyre de Cabanes.
«Bien sûr que non ! Ce n’est même pas envisageable entre pays amis et alliés», a répondu Xavier Lapeyre de Cabanes au quotidien Sidwaya qui lui a demandé si les interventions militaires françaises étaient payantes.
«Nous portons secours à un Etat ami ou allié. Ce n’est pas comme une entreprise privée qui vient vous rendre un service avec une rétribution en contrepartie», a ajouté l’ambassadeur français dans l’interview publiée vendredi.
Xavier Lapeyre de Cabanes a indiqué que le Burkina Faso et la France ont signé un accord en décembre 2018 qui encadre désormais juridiquement toute intervention des forces françaises au Burkina Faso, «et toujours à la demande des autorités».
Le diplomate a rappelé que l’appui aérien que la France a mené dans la nuit du 3 au 4 octobre 2018, lors de l’attaque de la gendarmerie de Inata dans le nord du Burkina, s’est fait sans encadrement juridique.
«La France ou tout autre pays, ne peut pas intervenir au Burkina Faso, s’il y a pas un encadrement juridique», a expliqué l’ambassadeur en fin de mission.
Par ailleurs Xavier Lapeyre de Cabanes a soutenu que son pays ne disposait pas «à proprement parler» de «base militaire» au Burkina Faso, mais d’un «détachement» qui mène des opérations antiterroristes, dans le cadre de l’opération Barkhane au Mali.

adi/ata

Dans la même catégorie