GNA Corporate governance critical for Africa’s future GNA GTA expectant of significant domestic tourism growth amidst COVID-19 GNA Speaker Bagbin launches second edition of Inter Schools Public Speaking Competition GNA Cancer patients urged not to lose hope in fighting the disease GNA Education, an important measure to bridge digital gender gap AGP Axe Boké-Kolaboui : Le préfet s’implique dans la réparation des routes dégradées AGP Guinée: 119 volontaires déployés par Mérite international dans 05 localités à Maférinyah pour les services communautaires AGP Mamou: Le gouverneur de la région administrative de Mamou entame une visite dans les services régionaux GNA IIA and Tullow Ghana collaborate to deliver financial readiness prograame GNA Make CPC profitable- Afriyie Akoto

Les participants lors de l’atelier de validation du rapport de la première phase de la stratégie REDD+


  26 Juillet      63        Finance (552), Photos (4407),

   

Abidjan, 25 juil (AIP)- Un financement de plus de 200 millions de dollars, soit près de 112 milliards de F CFA, devront être mobilisés pour la mise en œuvre de la stratégie de Réduction des émissions de gaz à effet de serre issue de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+), rapporte une note d’information transmise mercredi à l’AIP.

Ce programme de réduction des émissions de gaz à effet de serre de la Côte d’Ivoire sera soumis aux partenaires techniques et financiers avant d’être finalisé en septembre 2018. La phase de démarrage se déroulera dans quatre régions à savoir le Guémon, le Cavally, le Gboklè et la Nawa, a révélé le secrétaire exécutif permanent de la REDD+ Côte d’Ivoire, Ahoulou Kouamé Ernest lors de la validation du rapport d’évaluation de la phase de préparation du mécanisme.

« La phase préparatoire de la REDD+ Cote d’Ivoire enregistre des progrès significatifs de 8,8 % en Mai 2016 à 58,8 % en Juillet 2018 », s’est félicité M. Ahoulou Kouamé, précisant que celle-ci a progressé grâce aux actions engagées par l’ensemble des parties prenantes à travers la coordination multisectorielle et la collaboration intersectorielle.

Une avancée notable qui selon lui se justifie par la mise à disposition d’une architecture nationale à savoir le niveau de référence estimé à 40 millions de taux de carbone, le système national de surveillance des forêts, les instruments de sauvegardes environnementale et sociale et la stratégie nationale REDD+.

Les forêts ivoiriennes sont passées de 16 millions d’hectares en 1900 à 3,4 millions d’hectares en 2015, soit plus de 75% en moins d’un demi-siècle. Le projet REDD+ vise à contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique et surtout pour la restauration de son couvert forestier de 20% d’ici 2030.

bsb/tm

Dans la même catégorie