APS MALI-AFRIQUE-MUSIQUE/NECROLOGIE / Décès de Toumani Diabaté, illustre joueur de kora (famille) APS SENEGAL-SANTE / Il faut “réorienter la réponse au VIH”, préconise Maguette Ndoye Ndiaye APS SENEGAL-PECHE-EMIGRATION / Aïssatou Mbodj invite les pêcheurs à rester au Sénégal APS SENEGAL-ECONOMIE-EQUIPEMENTS / Fatou Diouf réitère la volonté de l’État de moderniser la pêche artisanale APS SENEGAL-HYDRAULIQUE -GOUVERNANCE / Distribution de l’eau : l’Etat invité à publier le contrat d’affermage signé avec le Groupe Suez ANP Niger: Présentation au Drapeau de 1010 élèves gardes nationaux de la promotion 2023 MAP Sénégal : Mission multisectorielle du Club Afrique Développement AIP Dr Edouard Fonh-Gbéi, l’ingénieur chevronné de la géoinformation (Portrait) MAP RCA: Les besoins humanitaires aggravés par les conflits dans les pays voisins (ONU) AIP Les acteurs de l’industrie planchent sur les enjeux stratégiques de la souveraineté industrielle

Les pays africains tirent des bénéfices sans précédent de la transparence fiscale (OCDE)


  3 Juin      24        Monde (2288),

 

Paris, 03/06/2024 (MAP) – Les pays africains tirent des bénéfices sans précédent de la transparence fiscale, selon un nouveau rapport de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE).

Intitulé « Transparence fiscale en Afrique 2024 : Rapport de progrès de l’Initiative Afrique », ce rapport, lancé ce lundi lors de la 15ème Réunion de l’Initiative pour l’Afrique à Lomé, au Togo, montre que les pays africains ont collecté plus de recettes grâce à la transparence fiscale, à l’échange de renseignements et aux mesures connexes en 2023 qu’au cours des 13 années précédentes réunies, indique un communiqué de l’OCDE basée à Paris.

Avec 2,2 milliards d’euros de recettes supplémentaires déclarées par 7 pays africains l’année dernière, le rapport plaide fortement en faveur d’une attention politique toujours plus grande sur les questions de transparence et de coopération fiscale internationale.

Au total, depuis 2009, les pays africains ont identifié de plus de 3,8 milliards d’euros de recettes supplémentaires grâce à l’utilisation de l’échange de renseignements sur demande (ERD), de l’échange automatique de renseignements sur les comptes financiers (EAR) et des programmes de divulgation volontaire.

Après 10 ans d’avancées partagées dans la mise en œuvre des normes ERD et AEOI (pour échange automatique d’informations), les 39 membres de l’Initiative Afrique, dont le Maroc, récoltent aujourd’hui les fruits de leurs efforts soutenus et collectifs dans la lutte contre l’évasion fiscale et les autres flux financiers illicites, avec pour fil conducteur les retombées de la mobilisation des ressources nationales, d’après l’OCDE.

« La création de l’Initiative Afrique a été motivée par la nécessité de faire de la transparence fiscale un levier d’accroissement des ressources publiques dans les pays africains », a déclaré Philippe Kokou Tchodié, Commissaire général de l’office Togolais des Recettes, et Co-Président de l’Initiative Afrique, cité dans le communiqué.

« Cet objectif ne peut être atteint que grâce à un soutien politique fort et, surtout, à un renforcement des capacités permettant aux administrations fiscales d’utiliser efficacement l’échange de renseignements au niveau international dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales internationales », a-t-il ajouté.

Parmi les principales avancées: 22 pays africains ont rejoint le Forum mondial depuis 2014, dont 5 depuis mars 2023 (Angola, République démocratique du Congo, Sierra Leone, Zambie et Zimbabwe), 12 pays africains sont engagés à commencer à échanger automatiquement des renseignements sur les comptes financiers d’ici 2026, 5 ont déjà débuté les échanges automatiques, et 8 des 12 pays africains ayant fait l’objet d’un examen complet dans le cadre du deuxième cycle d’examens par les pairs de l’ERD ont obtenu une note satisfaisante (« Conforme » ou « Conforme pour l’essentiel »).

Dans la même catégorie