MAP 2è Sommet de Dakar: Les infrastructures « constituent le socle, le nœud gordien des problématiques du développement en Afrique » (Moussa Faki) MAP Tour International du Cyclisme de Mauritanie (2è étape): Domination marocaine sans partage MAP Pénurie de billets au Nigeria: La Banque centrale annonce la distribution des nouveaux billets MAP Rwanda: les résultats du 5ème recensement bientôt annoncés MAP Assassinat d’un journaliste: Plusieurs arrestations au Cameroun APS Le partenariat public-privé,  »une alternative au financement des infrastructures » (PM égyptien) APS Mahawa Sémou Diouf installé comme président de la Cour de justice de l’UEMOA MAP Le CPS de l’UA adopte la «Déclaration de Tanger» sur la promotion du lien Paix-Sécurité-Développement et décide de la soumettre au Sommet de l’UA MAP RDC: L’ONU alerte sur la crise de la faim, la « plus grande » en Afrique MAP Afrique du Sud : Dix morts dans deux fusillades au Cap-Oriental

Les transferts de fonds, les investissements et l’expertise de la diaspora, vitaux pour la croissance future de l’Afrique (forum)


  3 Décembre      29        Economie (17232),

   

Abidjan, 03/12/2022 (MAP)- Des centaines de personnalités du monde universitaire et des dirigeants d’institutions internationales venus du monde entier se sont retrouvés, à l’occasion d’un forum de la Banque africaine de développement (BAD) sur les moyens de mettre les compétences, la richesse et le dynamisme de la diaspora africaine, forte de 160 millions de personnes, au service de la croissance et du développement du continent.

Selon un communiqué de la BAD, l’événement, qui se déroulait à la fois en présentiel et en visioconférence, se tenait dans un contexte géopolitique difficile, où de forts déséquilibres économiques mondiaux freinent les investissements directs en Afrique et accélèrent les mutations du marché du travail.

Aussi les experts estiment-ils que les 95,6 milliards de dollars que les Africains de l’étranger ont transféré sur le continent, outre leurs compétences et leur expertise, revêtent une importance accrue pour les perspectives de l’Afrique, souline la même source.

Les participants se sont accordés sur la nécessité d’œuvrer davantage pour tirer parti de la communauté de la diaspora, l’impliquer et mettre ses atouts au profit de l’Afrique.

Telles sont les principales conclusions de la séance plénière qui s’est tenue jeudi, lors de cet événement de deux jours intitulé «Développement sans frontières : Mobiliser la diaspora africaine pour une croissance inclusive et un développement durable en Afrique».

Il était organisé par la Banque africaine de développement en partenariat, avec la Commission de l’Union africaine, l’Organisation internationale pour les migrations et le secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine.

Plusieurs thèmes et sujets étaient au programme et ont été débattus, tels que la sécurisation des transferts de fonds, les obligations de la diaspora, la promotion du commerce et de l’investissement, le renforcement de la recherche, de l’innovation et du partage des technologies.

La titrisation des transferts de fonds offrirait aux gouvernements africains de solides garanties d’investissement et une source de financement par l’émission d’obligations. Outre les transferts de fonds, les Africains vivant à l’étranger représentent une source d’investissements directs, d’expertise et de compétences capitales, qui peuvent être transférées aux entreprises et aux professionnels de leurs pays d’origine, note le communiqué.

La discussion a également porté sur les moyens de rendre la croissance économique plus inclusive, d’approfondir le commerce intracontinental et de préparer les professionnels africains aux emplois de demain.

Dans son allocution d’ouverture, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi A. Adesina, a souligné qu’en dépit de leur réussite à l’étranger, les Africains restent attachés à leur continent d’origine, qui constitue leur identité et une source de fierté. Aussi le développement de l’Afrique doit-il être une priorité pour tous les Africains de la diaspora.

«La diaspora africaine est devenue le plus grand bailleur de fonds de l’Afrique ! Et ce n’est pas de la dette, ce sont des cadeaux ou des dons à 100 %, une nouvelle forme de financement concessionnel qui est la clé de la sécurité des moyens de subsistance pour des millions d’Africains », a-t-il déclaré.

En 2021, a contrario des flux importants de transferts de fonds, l’aide publique au développement de l’Afrique s’est chiffrée à 35 milliards de dollars.

M. Adesina a ajouté : «Parce que le flux de transferts de fonds vers l’Afrique est élevé, en hausse et stable, il offre d’énormes possibilités pour servir de garantie et assurer le financement des économies africaines. Les pays africains devraient titriser les transferts de fonds pour stimuler les investissements, notamment en matière d’infrastructures sur le continent».

M. Adesina a insisté pour que les Africains de la diaspora aient le droit de voter aux élections dans leurs pays respectifs, appelant à créer des ministères dédiés aux membres de la diaspora.

Dans la même catégorie