MAP Dakhla: Appel à renforcer la dynamique de l’innovation en Afrique face aux crises mondiales APS Le président Sall préconise un programme de réhabilitation des anciens établissements scolaires publics APS Le Parlement de la CEDEAO veut que justice soit rendue à Amy Ndiaye Gniby APS Violences faites aux femmes : Macky Sall prône « l’application de toutes les mesures prises, depuis 2012 » APS Macky Sall réclame une application rigoureuse du contrôle de légalité des actes des collectivités territoriales APS MTN : 37 districts ciblés pour une distribution de masse de médicaments APS La dernière borne de la frontière terrestre sénégalo-malienne posée MAP Compétences en Afrique: Nécessité d’une approche tournée vers l’avenir (Oxford Economics) MAP Dakhla: Réélection de Driss Guerraoui à la tête du FAAIE MAP Rwanda: la ministre de l’Environnement souligne l’importance de l’économie circulaire

Lever de rideau à Rabat sur la 3ème édition de la semaine du cinéma ivoirien au Maroc


Rabat, 14/09/2018 (MAP) – Le rideau a été levé, jeudi soir à Rabat, sur la 3ème édition de la semaine du cinéma ivoirien au Maroc par la projection du long-métrage « Kamissa » de son réalisateur Guy Kalou.

Cette manifestation culturelle organisée par le Centre cinématographique marocain (CCM) en partenariat avec l’Office national du cinéma de Côte d’Ivoire (ONAC-CI) et placée sous l’égide du ministère de la Culture et de la communication et de l’ambassade de Côte d’Ivoire à Rabat, s’inscrit dans le cadre de l’accord de coproduction et d’échanges cinématographiques entre les deux pays qui vise à renforcer et à consolider les relations bilatérales dans le domaine cinématographique.

La cérémonie d’ouverture de ce rendez-vous cinématographique a été marquée par la présence notamment du ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, de l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Maroc, Idrissa Traoré et d’une délégation de professionnels du cinéma ivoirien.

Dans une déclaration à la MAP, M. Laâraj a affirmé que les relations bilatérales entre le Maroc et la Côte d’Ivoire se sont renforcées au niveau politique et diplomatique, et que cette manifestation intervient pour consolider davantage les relations culturelles, notamment dans le domaine cinématographique, mettant l’accent sur le rôle capital de la culture dans le rapprochement des peuples.

Pour sa part, le directeur de l’ONAC-CI, Francois Yao, a relevé que « l’image permet le rapprochement des hommes, et c’est grâce à ce concept que la coopération entre le Maroc et la Côte d’Ivoire peut prendre un élan grandissant, constituant ainsi une façon pour mieux se connaître ».

Le Directeur du CCM, Sarim Al Haq Fassi Fihri, a indiqué à l’ouverture de cette rencontre, que le cinéma a contribué au renforcement des relations de bonne entente entre le Maroc et la Côte d’Ivoire, se réjouissant du niveau atteint par la production cinématographique ivoirienne, la plus active en Afrique de l’Ouest.

Pour sa part, l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire a relevé que cette 3ème édition vise à contribuer au raffermissement des relations de coopération ivoiro-marocaines, au demeurant excellentes, d’une part, et d’autre part à créer un cadre idéal de rencontre et d’échanges interprofessionnels dans le domaine cinématographique.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la projection du long-métrage « Kamissa », à travers lequel son réalisateur Guy Kalou tente de sensibiliser sur le phénomène des grossesses en milieu scolaire.

Ce film, qui a été écrit en version romanesque par l’épouse du réalisateur, raconte l’histoire d’une jeune élève de 15 ans issue de famille bourgeoise, qui s’appelle Kamissa, et qui a perdu sa mère à l’âge de 12 ans. Son père, effondré par le décès de sa femme, se réfugie dans son boulot, au point de négliger sa fille qui tente de s’éduquer toute seule et qui finit par tomber enceinte.

Au programme de cette édition, qui se déroule à la Cinémathèque du Royaume, figure également la projection d’une série de films ivoiriens, notamment « Nangama » d’Arantess De Bonalii, « Truth » de Stéphanie Affi, « L’intérprète II » de Kadhy Toure, « Caramel » de Henri Duparc, « Adanggaman » de Roger Gnoan M’bala, et « Amour et argent » de Suzanne Kouame.

Dans la même catégorie