ANGOP La FILDA/2024 va mettre en exergue la production agricole familiale ANGOP L’Angola et la Namibie réfléchissent sur la réduction de la bureaucratie pour des questions de santé ANGOP L’OMS réitère son soutien à la promotion des soins de santé primaires en Angola MAP La MAP et ITALPRESS renforcent leur coopération médiatique MAP Accra : Début de la 45ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA avec la participation du Maroc MAP Côte d’Ivoire : appel à une intensification de la lutte contre la criminalité forestière APS Courses hippiques : le président du CNG de Matam passe en revue les difficultés du secteur AIB Bogandé : Les populations réaffirment leur soutien à la Transition et plaident pour plus de sécurité AIB Ganzourgou/Assainissement : La population mobilisée pour une opération de curage de caniveaux à Zorgho AIB Burkina : le gouvernement veut produire de l’engrais à hauteur de 15 milliards FCFA pour améliorer la production agricole

L’Organisation de lutte contre les explosions nucléaires salue l’exemplarité de la Côte d’Ivoire


  7 Juin      18        Securité (3145),

 

Abidjan, 06 juin 2024 (AIP)- Le secrétaire exécutif de la commission préparatoire de l’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Dr Robert Floyd a salué jeudi 6 juin 2024, à Abidjan, l’exemplarité de la Côte d’Ivoire pour sa contribution à la paix et la sécurité internationale.

« La Côte d’Ivoire reste un partenaire fiable de ce traité d’interdiction des essais nucléaires. Le pays est un exemple à saluer, parce qu’il dispose sur son territoire deux stations sur les 35 en Afrique. Ces deux stations produisent régulièrement les données fiables et ces données sont utilisées pour faire avancer la lutte dans le combat que nous menons tous, qui est de réduire ou d’annuler les tests nucléaires dans le monde », a fait savoir Dr Robert Floyd.

Ayant signé le TICE en 1996 qu’elle a ratifié en 2003, la Côte d’Ivoire dispose de deux stations localisées à Dimbokro, notamment la station 117CI (ISI 17) infrasonore et la station DBIC (PS15) sismique ainsi que d’un Centre national de données (CND) à Lamto, dans le Département de Taabo.

Le pays fait ainsi partie des 21 États africains qui ont des stations et donc du système international de surveillance des applications du traité de surveillance des essais nucléaires, a indiqué le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Adama Diawara.

Ces stations et centre de données dont dispose la Côte d’Ivoire ont de nombreux avantages, entre autres « une utilisation civique des données collectées dans la formation des étudiants, des applications sismiques utilisées dans la construction des infrastructures et qui permettent également de détecter les mouvements du sol, de suivre tout ce qui est tremblement de terre, notamment dans la sous-région, et des données servant à l’étude du climat, de la météorologie », a–t-il déclaré.

Arrivé mercredi 05 juin en Côte d’Ivoire pour une visite de travail, Dr Robert Floyd visitera vendredi, les stations et centre national de données du pays.

Le secrétaire exécutif a animé à Abidjan, une conférence autour du thème “Maintenir les succès du traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) à une époque de changements et de bouleversements mondiaux”.

Le TICE a été adopté le 24 septembre 1996 à New-York et constitue un dispositif essentiel du cadre international de non-prolifération et de réduction des armes nucléaires. La finalité du Traité est l’interdiction absolue des explosions nucléaires par tous et partout, à savoir dans les airs, sous l’eau et sur terre. Ce traité de surveillance des essais nucléaires bénéficie d’un appui quasi universel et compte 187 États signataires dont 178 qui l’ont ratifié.

Dans la même catégorie