GNA Upper East HSWU ready to join nationwide strike action GNA TMA must complete office project for decentralized departments-Former MCE GNA Health Services Workers’ Union declares nationwide strike action GNA Prosper Patu rejected again as Akatsi North DCE nominee GNA Former President Taylor files suit in ECOWAS Court over non-payment of Pension Benefits ANP Une délégation du Conseil de Sécurité de l’ONU, en mission au Niger, effectue une série de visites à Niamey GNA President Akufo-Addo to approve Ghana’s updated interim NDCs GNA PfFJs benefits more than 400,000 farmers in Bono Region – MoFA AIB CAN Maroc 2022: le Burkina Faso qualifié pour le second tour au dépend du Bénin AIB Fespaco 2021 : Le burkinabè Moumouni Sanou remporte l’Etalon d’Or de Yennenga du film documentaire

L’UE évalue la reforme curriculaire de l’éducation mise en œuvre par le gouvernement nigérien


  20 Septembre      20        Education (5939), Société (36504),

   

Niamey le 20 sept (ANP)- . La restitution de l’évaluation de la réforme curriculaire du secteur de l’éducation au Niger a eu lieu le 20 septembre au Palais des Congrès de Niamey sous les auspices de l’Union Européenne, à l’occasion de la revue annuelle du Secteur de l’Education et de la Formation, selon un communiqué de la délégation de l’UE au Niger dont l’ANP a reçu copie.
C’était en présence du Premier Ministre nigérien Ouhoumoudou Mahamadou, des Ministres et hauts fonctionnaires en charge du secteur de l’Education et de la formation, des représentants de la société civile de l’éducation, de l’Ambassadeur de l’UE, cheffe de file des Partenaires techniques et financier du secteur et des partenaires techniques financiers.
Ce communiqué rappelle que ‘’le Niger s’est engagé dans une réforme curriculaire de l’éducation depuis 2011’’.
L’évaluation de cette réforme, qui fait objet de restitution a été financée par l’Union Européenne, et est pour les autorités Nigériennes ‘’une opportunité de connaître avec précision les acquis de l’expérimentation et d’évaluer la mise en œuvre de la réforme curriculaire en vigueur dans le primaire, avant d’étendre cette réforme au niveau national’’ indique le communiqué de la délégation de l’UE au Niger.
L’UE précise, à travers ce communiqué, que pour garantir le maximum d’objectivité et une qualité pointue, cette évaluation a été menée sur une période de 18 mois et a utilisé une pluralité de méthodes complémentaires que sont l’analyse documentaire critique, l’enquête en deux étapes dans un échantillon d’écoles expérimentales et d’écoles témoins dans toutes les régions du pays.
L’étude a aussi utilisé la méthode de passation de test oral dans les mêmes écoles, les enquêtes auprès des acteurs du niveau central, déconcentré /décentralisé et local à l’aide de questionnaires et guides d’entretien. L’étude a également utilisé la méthode d’observations de terrain.
Toutes ces méthodes usitées ont permis à ‘’cette évaluation de dégager des conclusions sur les effets de la réforme et des perspectives crédibles pour l’avenir du système éducatif nigérien’’ poursuit le communiqué.
Cette étude a également permis de mettre en évidence ‘’des qualités, certaines liées au processus initial de la réforme, à l’esprit d’une approche ancrée dans l’environnement de l’élève, à la quantité des outils élaborés et des formations organisées, compte tenu du nombre des langues et à une harmonisation méthodologique appréciable des disciplines. Elle a aussi démontré une aspiration de la plupart des acteurs à introduire le bilinguisme dans les écoles, ce qui se retrouve confirmé avec l’étude des perceptions et attentes éducatives nigériennes’’ fait constater le communiqué.
Cette évaluation a aussi révélé des limites importantes dans plusieurs domaines dont le manque de véritables situations complexes à traiter par chaque élève dans les curricula, l’absence d’une conception bilingue, le fait que les programmes en langues Nationales ne tiennent pas compte des particularités linguistiques, culturelles et régionales de chaque langue.
Ces limites se définissent en plus comme l’application de la réforme dans une langue nationale qui n’est pas la langue maternelle de tous les élèves de la classe, l’insuffisance de formation des enseignants concernés par l’expérimentation, la distribution défaillante ou tardive du matériel pédagogique, et l’affectation d’enseignants ne maîtrisant pas la langue nationale de leur école ou non formés dans des classes expérimentales.
‘’Cette évaluation constitue une étape déterminante dans le processus engagé par les autorités pour améliorer la qualité de l’éducation au Niger. Elle décrit sans complaisance les forces et les faiblesses de la réforme qui a été appliquée et les autorités auront à cœur de choisir le scénario de poursuite le plus adapté aux aspirations de la population et aux réalités du système éducatif nigérien’’ conclut le communiqué qui rapporte l’Ambassadrice de l’UE au Niger.

Dans la même catégorie