MAP Le CRASTE-LF, une plateforme au service du rayonnement du Maroc à l’échelle continentale (M.Miraoui) APS SENEGAL-AFRIQUE-FINANCE / L’État sénégalais a levé 1.865 milliards de francs CFA sur le marché financier de l’UEMOA en vingt-huit ans MAP Burkina: Un bureau de MSF visé par des tirs lors d’une « attaque armée » MAP Trente ans après la fin de l’apartheid, des millions de Sud-africains vivent toujours dans la pauvreté (Président) APS SENEGAL-SPORTS-NECROLOGIE / Décès de l’ancien basketteur sénégalais Doudou Leydi Camara, double champion d’Afrique APS SENEGAL-ENVIRONNEMENT / Un projet lancé à Dakar en vue d’une pêche durable et transparente APS SENEGAL-TRANSPORTS / Transports : vers l’élaboration de stratégies répondant aux besoins actuels et futurs APS SENEGAL-AFRIQUE-ECONOMIE / L’AMF-UMOA joue un rôle fondamental de modernisation du marché financier régional, selon son président ANP Fin de projet : Le MCA rétrocède ses biens à l’Etat du Niger (Présidence) AIP Chaque document émis par l’ONECI est authentique et infalsifiable grâce à la biométrie (directeur général)

M. Benmoussa met en exergue la place de l’intelligence artificielle dans le développement de l’éducation


  3 Juin      16        Société (45928),

 

Rabat, 03/06/2024 (MAP) – Le ministre de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports, Chakib Benmoussa, a mis en exergue, lundi à Rabat, la place de l’intelligence artificielle dans le développement de l’enseignement et de l’éducation.

Intervenant dans le cadre du Forum de haut niveau sur l’IA, M. Benmoussa a indiqué que les opportunités ouvertes par l’IA sont considérables et « peuvent nous aider à relever les défis de l’éducation en liaison avec les problèmes d’inclusion, de qualité des apprentissages et de leur pertinence ou de financement ».

Il a, toutefois, fait savoir que le déploiement de l’IA doit être conditionné par des expérimentations rigoureuses et la production de données probantes attestant de ses effets positifs sur les apprentissages ainsi que sur les variables socio-affectives.

« C’est à la recherche éducative de préciser comment l’IA pourrait devenir un complément utile et non pas un substitut de travail de l’enseignant », a-t-il ajouté.

De nombreux pays en développement sont confrontés à une crise des apprentissages, a-t-il fait observer, notant que les enfants sont majoritairement scolarisés, mais une grande partie d’entre eux ne maîtrise pas les savoirs fondamentaux et ne développe pas suffisamment de compétences.

Au niveau national, a relevé M. Benmoussa, la réforme de l’éducation en cours vise à relever ce grand défi à travers une stratégie intégrée fondée sur trois piliers, à savoir un pilier curatif qui met en place un programme de remédiation intensive visant à corriger les lacunes accumulées par les élèves, un pilier préventif qui consiste à introduire des méthodes d’enseignement efficaces pour s’assurer que les élèves assimilent chaque leçon avant de passer à la leçon suivante et un pilier évaluatif qui vise à assurer un suivi individualisé des élèves à travers une mesure régulière et objective des acquis scolaires.

« Ces trois piliers sont en cours d’expérimentation au sein d’une nouvelle génération d’établissements scolaires appelés écoles pionnières », a précisé le ministre, ajoutant que le Nouveau modèle de développement appelle à considérer les technologies de l’information de manière générale et d’intelligence artificielle en particulier comme un levier de transformation.

Il a, dans ce sens, soutenu que l’IA offre des possibilités très prometteuses pour faciliter le travail d’enseignant en classe et amplifier son impact positif sur les apprenants, notamment en renforçant leur engagement et leur motivation, arguant que le rôle de l’enseignant restera probablement irremplaçable car éduquer est une activité humaine, sociale et relationnelle.

Dans la même catégorie