ANGOP La FILDA/2024 va mettre en exergue la production agricole familiale ANGOP L’Angola et la Namibie réfléchissent sur la réduction de la bureaucratie pour des questions de santé ANGOP L’OMS réitère son soutien à la promotion des soins de santé primaires en Angola MAP La MAP et ITALPRESS renforcent leur coopération médiatique MAP Accra : Début de la 45ème session ordinaire du Conseil exécutif de l’UA avec la participation du Maroc MAP Côte d’Ivoire : appel à une intensification de la lutte contre la criminalité forestière APS Courses hippiques : le président du CNG de Matam passe en revue les difficultés du secteur AIB Bogandé : Les populations réaffirment leur soutien à la Transition et plaident pour plus de sécurité AIB Ganzourgou/Assainissement : La population mobilisée pour une opération de curage de caniveaux à Zorgho AIB Burkina : le gouvernement veut produire de l’engrais à hauteur de 15 milliards FCFA pour améliorer la production agricole

Malgré les conséquences de nombreuses femmes s’adonnent à la dépigmentation volontaire de leur peau


  14 Mars      53        Société (45925),

 

Conakry, 14 mars (AGP)- Pour se rendre belles, séduisantes et attirantes, beaucoup de filles, femmes s’adonnent à la pratique de la dépigmentation volontaire ou l’éclaircissement de la peau.

Le décapage de la peau, une pratique de modèle esthétique pour paraitre plus claire ou métissée.
Malgré les risques de complications de la santé de la peau, d’hypertension artérielle, de diabète, de complications rénales et neurologiques, que cela engendre, les utilisatrices sont de plus en plus nombreuses.

Dans la capitale guinéenne, d’après le constat d’un reporter de l’AGP, la plupart des utilisatrices de ces produits éclaircissants sont des commerçantes du marché Avaria.

Interrogée Mariame Bangoura de son sobriquet ‘’Mari Fôté ou Mari la Blanche’’, vendeuse des chaussures au marché Avaria, explique que: « les hommes aiment les femmes à la peau claire plus que celles à la peau noire, être claire, c’est être belle», dit-elle.

Pour Kadija vendeuse de collants, le recours à la dépigmentation ne se limite pas seulement à la séduction des hommes mais aussi se faire plaisir à elle-même.

Cette pratique esthétique ne reste pas sans conséquences dévastatrices de l’épiderme, souligne un médecin : Il s’agit entre autres de l’apparition ou l’aggravation de l’infection de la peau (gale, mycoses, infections bactériennes,…) ; vergetures larges, très inesthétiques et irréversibles ; troubles de la pigmentation parfois définitifs (apparition de taches claires ou foncées) ; risques toxiques et mauvaise odeur.

Mabinty nous révèle que l’une de ses sœurs est devenue dépendante de ces produits, qui l’affectent socialement et économiquement.

« Ma sœur est devenue dépendante de ces produits, elle gaspille énormément d’argent dans l’achat de ses différents produits cosmétiques. A cause de l’utilisation abusive, parfois elle se lave trois ou quatre fois par jours quand il fait chaud pour sentir bon».

Au final elle a lancé un appel à la presse de sensibiliser les femmes à travers les publicités qui montrent les conséquences de cette pratique. Elle invite le gouvernement à interdire les publicités des produits éclaircissant et à autoriser uniquement des produits naturels.

Cependant, d’autres femmes préfèrent avoir recours à la méthode ancienne pour embellir leur peau. Mabinty commerçante, nous a fait savoir qu’elle utilise du beurre de karité pour entretenir sa peau.

Dans la même catégorie