AIP Burkina/ Jeux olympiques : Marie-Josée Ta Lou réalise le meilleur record africain dans la série des 100m AIB Tokyo 2021 : 14 athlètes de quatre pays africains écartés des jeux olympiques GNA Deputy DG of NSA commends Ghana Wrestling Association’s President GNA Ghana’s female boxer to fight WIBA Youth World Championship in the UK GNA Asoka GH and Bukom Vampire ready for fierce battles in the “The Armwrestling Supermatch” on Saturday. ACP Célébration du 60ème anniversaire du jumelage entre la ville de Liège et de Lubumbashi ACP La RDC réitère son engagement à accroître le budget du secteur de l’EPST à  hauteur de 22 % du budget national ACP L’état de siège ne doit pas être un alibi pour violer massivement les droits-humains, selon   Me Fabrice Pwela ACP Le directeur de Transco Backson John Bongi suspendu ACP Le Chef de l’Etat reçoit les représentants des partenaires traditionnels de la RDC

MAME FAMEW CAMARA : ’’IL FAUT FAIRE DE LA LECTURE UNE DISTRACTION’’


  23 Juin      12        Livres (165),

   

Dakar, 23 juin (APS) – La lecture doit être présentée comme une distraction pour inciter les enfants à lire dès le bas-âge en vue d’amener le plus grand nombre de Sénégalais à pratiquer les livres, préconise la jeune écrivaine sénégalaise, Mame Famew Camara.

« Effectivement, le Sénégalais ne lit pas. Ceux qui lisent ne sont pas nombreux », a-t-elle répondu à une question relative au constat que ses compatriotes pour la plupart lisent peu ou pas du tout.

« Pour moi, on devrait inciter les jeunes dès le bas âge à lire. On doit faire de la lecture, une distraction. Parce que lire c’est se distraire, voyager, rencontrer d’autres univers. On doit mettre en place des politiques qui donnent le goût de la lecture aux enfants. Tout commence tout petit », dit-elle dans un entretien avec l’APS.

De même, affirme-t-elle que « le roman touche plus les Sénégalais. C’est un genre très accessible, qui n’est pas hermétique comme la poésie ».

« Souvent les lecteurs me disent qu’ils sont plus pour le roman. Ils ne comprennent pas souvent la poésie à cause des figures de style utilisées. Le théâtre aussi est un genre, qui a beaucoup de succès auprès des lecteurs », ajoute la poétesse et romancière, également journaliste de formation.

Mame Famew Camara fut la lauréate du prix Jeune auteur au Sénégal en 2016 et du prix Jeune auteur pour la Renaissance africaine en 2018. Elle est aussi passionnée d’arts plastiques.

Elle se dit satisfaite, à ce stade, de sa carrière littéraire : « J’ai gagné des prix, un de mes romans a été traduit en italien. Pour une débutante, ce n’est pas mal ».

« J’ai 37 ans, je suis encore jeune, et j’ai encore des thématiques à explorer. L’Afrique, le Sénégal est une niche de thématiques. Il faut juste savoir écouter et voir, pour trouver un sujet sur lequel écrire. Mais, j’avoue que le thème relatif à la femme est mon favori, et je compte l’épuiser avant d’aller vers d’autres horizons », poursuit la jeune écrivaine.

Mame Famew Camara est l’auteur de 6 livres, dont « Si près, si loin », recueil de poésie publié en 2012, « Une femme roc », roman datant de 2019, mais aussi « Une flamme, une vie, une âme » (poésie, 2016).

Son dernier recueil de poésie, « Femme d’esprit et d’espérance », est sortie en mars dernier.

Dans la même catégorie